Dépêches AFP

Zimbabwe: légère baisse de la TVA, compensations pour les fermiers blancs

14 novembre 2019 à 19h11 Par AFP
Le gouvernement zimbabwéen a annoncé jeudi une baisse de la TVA d'un demi-point, pour soulager les ménages étranglés par la grave crise économique et l'hyperinflation, et prévu une croissance de 3% en 2020. Après une contraction prévue de 6,5% du produit intérieur brut en 2019, le ministre des Finances, Mthuli Ncube, a tablé sur une croissance de 3%, anticipant une meilleure production agricole, en présentant son budget 2020.Le gouvernement a provisionné 380 millions de dollars zimbabwéens (24 millions de dollars US) pour compenser les fermiers blancs qui ont été expulsés de leur ferme dans le cadre de la réforme agraire de l'ancien président Robert Mugabe lancée au début des années 2000. "A ce jour, 780 anciens fermiers ont accepté le programme de dédommagements, et 500 ont déjà été payés", a précisé Mthuli Ncube.La réforme agraire visait officiellement à corriger les inégalités héritées du passé colonial. Mais, menée dans la précipitation et la violence, cette politique a causé l'effondrement de la production agricole et, par ricochets, plongé le Zimbabwe dans une crise sans fin.Le ministre a également a annoncé la réduction de la TVA de 15 à 14,5% pour les produits non luxueux, afin d'aider les ménages qui ne peuvent plus s'acheter des produits de première nécessité "à cause du peu de ressources disponibles".Le Zimbabwe est embourbé depuis deux décennies dans une profonde crise économique.Le président Emmerson Mnangagwa, qui a succédé fin 2017 à Robert Mugabe après près de quatre décennies au pouvoir, a promis de relancer l'économie et de faciliter les investissements, mais jusqu'à présent sans succès.La situation a même empiré depuis un an. Les pénuries - d'argent liquide, d'électricité, de carburant, d'eau, de médicaments... - ont refait leur apparition et le pays a renoué avec l'hyperinflation. Beaucoup de familles survivent avec un seul repas par jour."Les défis économique du pays sont surmontables à condition que nous (...) continuions à prendre des mesures décisives pour la croissance", a déclaré le ministre des Finances devant le Parlement jeudi.Comme si la crise économique ne suffisait pas, le Zimbabwe est aussi confronté à une très forte sécheresse, qui menace de famine sa population. D'ici à janvier, près de la moitié de ses habitants, soit 7,7 millions de personnes, se retrouveront en situation d'insécurité alimentaire, selon l'ONU.