Pays-Bas: le variant Omicron "probablement" parmi 61 passagers positifs venant d'Afrique du Sud

Par AFP

AFRICA RADIO

Le variant Omicron a "probablement" occasionné la contamination au Covid-19 de certains des 61 passagers en provenance d'Afrique du sud testés positifs après leur arrivée vendredi aux Pays-Bas, ont annoncé samedi les autorités sanitaires néerlandaises.

"Le variant Omicron a probablement été trouvé parmi les personnes testées", a indiqué l'Institut national de santé publique (RIVM) dans un communiqué, ajoutant qu'il sera "définitivement déterminé si le variant Omicron est impliqué" après de nouvelles analyses, dont les résultats devraient être connus dimanche. RIVM recommande par ailleurs aux voyageurs récemment rentrés d'Afrique australe - qui comprend l'Afrique du Sud, le Botswana, le Lesotho, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, l'Eswatini (Swaziland) et le Zimbabwe - de se faire tester, "même s'(ils) ne (présentent) aucun symptôme". Quelque 61 passagers en provenance de Johannesburg et du Cap (Afrique du Sud) avaient été testés positifs au Covid-19 à leur arrivée vendredi à Amsterdam, 531 autres se révélant négatifs, avait annoncé samedi une autre autorité sanitaire néerlandaise (GGD). Les cas positifs ont été placés en quarantaine dans un hôtel proche de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol. La passagère Paula Zimmerman a déclaré avoir finalement reçu un résultat négatif après des heures d'attente, mais qu'elle devait désormais passer cinq jours en quarantaine à domicile. Les personnes à bord de son avion ont été "emmenées du tarmac vers une pièce isolée où nous avons attendu quatre heures avant d'être testés", a déclaré Mme Zimmerman à l'AFP. "Tout le monde dans l'avion était là-dedans" avec peu de respect pour les règles de distanciation sociale, a-t-elle regretté. Sur une de ses vidéos publiées sur Twitter samedi vers 01H50 (02H50 GMT), on voit une file de passagers attendant d'être testés, pendant que d'autres dorment sur des bancs ou à même le sol. "L'organisation était malheureusement terrible. Des leçons à tirer pour l'avenir", a déclaré Mme Zimmerman dans un tweet. "Nous comprenons que les gens soient frustrés" par la situation à Schiphol, a déclaré GGD. "Les gens viennent de faire un long voyage avec l'idée qu'ils seront bientôt chez eux", a-t-elle ajouté. "Au lieu de cela, juste après l'atterrissage, ils sont confrontés à une situation que nous n'avons jamais connue aux Pays-Bas, à savoir que les gens doivent être testés à Schiphol et sont obligés d'attendre jusqu'à obtenir un résultat", a-t-elle poursuivi. Le nouveau variant du coronavirus, Omicron, détecté pour la première fois en Afrique du Sud qui a annoncé jeudi son existence, est jugé "préoccupant" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il représente un risque "élevé à très élevé" pour l'Europe, a prévenu vendredi soir le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Il présenterait un risque accru de contagion par rapport aux autres variants, dont le Delta, actuellement dominant et déjà très contagieux. De plus en plus de pays suspendent les voyages depuis et vers l'Afrique australe pour freiner Omicron. L'inquiétude qu'il provoque a fait plonger les bourses de la planète et les cours du pétrole, portant un nouveau coup à l'économie mondiale en pleine convalescence. L'entrée aux Pays-Bas en provenance d'Afrique du Sud n'est autorisée que pour les citoyens néerlandais, ceux originaires de pays de l'UE, et les résidents de l'espace Schengen, qui doivent présenter un test Covid négatif et s'auto-isoler après leur arrivée.