Tunisie: cinq nouveaux partis boycottent les législatives

AFRICA RADIO

19 septembre 2022 à 18h36 par AFP

Cinq nouveaux partis d'opposition en Tunisie ont annoncé lundi qu'ils boycotteraient les élections législatives, prévues le 17 décembre sur la base d'une loi électorale controversée instaurée par le président Kais Saied.

M. Saied, qui accapare tous les pouvoirs, a promulgué jeudi un mode de scrutin réduisant considérablement le rôle des partis politiques qui participeraient à ces élections. La nouvelle loi électorale substitue le scrutin majoritaire uninominal à deux tours au scrutin de liste qui était en vigueur avant le coup de force mené par le président Saied en juillet 2021. Le nouveau Parlement comptera 161 députés, et ses prérogatives seront très limitées aux termes de la nouvelle Constitution que le chef de l'Etat a fait adopter en juillet lors d'un référendum largement boycotté. Lundi, une coalition de cinq partis politiques dont le Parti des travailleurs et Al-Joumhouri, ont annoncé boycotter ce scrutin. "Ces élections représentent la dernière étape de l'agenda politique imposée par Saied", a déploré devant la presse Issam Chebbi, chef du parti centriste Al-Joumhouri. "Saied est un dictateur", a fustigé de son côté Hamma Hammami, chef du parti des Travailleurs et opposant farouche sous le régime du président déchu Zine El Abidine Ben Ali. Début septembre, le Front de salut national, une coalition de partis d'opposition dont fait partie la formation d'inspiration islamiste Ennahdha, avait déjà annoncé qu'il boycotterait les législatives avant même la publication de la nouvelle loi électorale controversée. Après des mois de blocages politiques, M. Saied avait suspendu le Parlement dominé par Ennahdha et limogé le gouvernement le 25 juillet 2021 pour s'arroger les pleins pouvoirs, faisant vaciller la jeune démocratie dans le pays d'où les révoltes du Printemps arabe étaient parties en 2011.