Un an après, une coalition pour la sortie des fossiles peine à s'élargir

AFRICA RADIO

16 novembre 2022 à 15h06 par AFP

Un an après son lancement, une alliance de pays et territoires favorables à une sortie progressive du pétrole et du gaz peinait à s'élargir, n'ayant recruté mercredi que les Fidji et le Chili comme nouveaux "amis".

La coalition "Beyond oil and gas" (BOGA, au delà du pétrole et du gaz), pour favoriser la transition hors de ces énergies fossiles, avait été lancée à la COP26 à Glasgow il y a un an. L'alliance, co-présidée par le Danemark et le Costa Rica, compte notamment la France - mais pas de gros pays producteur d'hydrocarbures. A la COP27 en Egypte, cette alliance n'a été rejointe que par les Fidji et le Chili - comme pays "amis" - et l'Etat de Washington, au nord-ouest des Etats-Unis, comme nouveau membre à part entière. Lors d'une conférence, des représentants du Kenya et du petit archipel des Tuvalu ont aussi fait part de leur intention de rejoindre l'alliance ultérieurement. Aucun représentant du Costa Rica, présidé depuis le printemps par Rodrigo Chaves, opposé aux politiques environnementales de son prédécesseur, n'était présent à la conférence de BOGA mercredi. Dans un communiqué, BOGA a toutefois souligné avoir réussi à attirer de nouveaux partenaires "malgré la crise énergétique mondiale", qui se traduit vers une ruée vers le pétrole et surtout le gaz. L'alliance a aussi annoncé un nouveau fonds de 10 millions de dollars financé par des oeuvres philanthropiques pour aider techniquement les pays en développement à débuter leur transition énergétique.