Un membre présumé d'un escadron de la mort gambien nie les accusations

AFRICA RADIO

20 octobre 2022 à 11h06 par AFP

Un Gambien, jugé en Allemagne pour son implication dans un escadron de la mort actif sous l'ancien dictateur Yahya Jammeh, a nié jeudi "avoir participé" aux faits qui lui sont reprochés, suscitant des réactions sceptiques des victimes.

Le procès dans lequel comparaît cet homme de 47 ans est le premier sur les violations des droits de l'Homme commises en Gambie, petit pays d'Afrique de l'Ouest, selon les organisations de défense des droits humains. L'accusé s'est exprimé sur les faits pour la première fois depuis l'ouverture des audiences, en avril. Il comparaît devant le tribunal de Celle (Basse-Saxe) pour crimes contre l'humanité, meurtres et tentatives de meurtre entre 2003 et 2006. "Je n'ai pas participé à ces actes", a dit en allemand son avocat, qui a lu devant le tribunal une longue déclaration écrite signée par l'accusé, Bai Lowe. Présent à l'audience, le suspect a écouté la traduction simultanée en anglais de son texte. Dans sa déclaration, Bai Lowe a affirmé avoir répété par le passé ce que d'autres personnes lui avaient raconté. Pour justifier le fait qu'il s'était auto-accusé d'actes qu'il n'aurait finalement pas commis, notamment lors d'interviews avec des journalistes, il a mis en avant sa volonté de montrer à ses concitoyens gambiens à quel point le régime de Yahya Jammeh (1994-2016) était cruel. Il est également jugé pour l'assassinat du correspondant de l'AFP en Gambie Deyda Hydara. Dans une déclaration communiquée par courriel à l'AFP, Baba Hydara, le fils de Deyda Hydara, tué par balles le 16 décembre 2004, n'a accordé aucun crédit à ces affirmations. "En tant que victime et partie civile dans cette affaire, je me sens déçu, insulté et trahi par la déclaration de Bai Low qui trahit le bon sens", a-t-il dit. Son avocat, Patrick Kroker, a ajouté, également dans un courriel à l'AFP: "la déclaration de l'accusé semble construite et lacunaire. De plus, elle a déjà été contredite à plusieurs occasions par les preuves recueillies jusqu'à présent". L'avocat d'Ida Jagne, présente dans la voiture de Deyda Hydara quand il a été assassiné, a également rejeté les affirmations de Bai Lowe. "C'est extrêmement peu crédible", a dit devant des journalistes Peer Stolle, en sortant de l'audience. Réfugié en Allemagne depuis 2012, Bai Lowe avait été interpellé à Hanovre en mars 2021.

Voir aussi