Un Russe en opération avec des soldats maliens tué dans le centre du Mali

AFRICA RADIO

20 avril 2022 à 20h51 par AFP

Un ressortissant russe en opération avec des soldats maliens a été tué par une explosion dans le centre du Mali, région en proie à l'activité de groupes jihadistes, a appris l'AFP mercredi de sources concordantes.

Il s'agit du premier décès confirmé d'un Russe dans le cadre d'opérations militaires au Mali depuis que la junte au pouvoir à Bamako a fait appel massivement à ce qu'elle présente comme des "instructeurs" venus de Russie alors que les Occidentaux (la France et les Etats-Unis notamment) dénoncent la présence dans le pays de "mercenaires" de la milice privée russe Wagner, ce que démentent fermement les colonels maliens. Selon une source sécuritaire, un détachement composé de soldats maliens et d'"instructeurs russes" a subi dans la matinée de mardi une attaque à l'engin explosif artisanal près de la ville de Hombori. L'explosion a fait "un mort", un "instructeur russe", décédé après avoir été évacué par voie aérienne jusqu'à Sévaré, à quelque 260 km au sud-est, a-t-on ajouté de même source. "Nous confirmons qu'un militaire de nationalité russe est décédé mardi des suites de blessures à Sévaré. Il a la trentaine. Le véhicule qui le transportait avec des militaires maliens a sauté sur une mine", a déclaré à l'AFP une source hospitalière jointe dans cette ville. "Nous avons appris la mort d'un agent de Wagner qui menait hier des combats au côté de l'armée malienne dans la région de Mopti", le chef-lieu de la zone, a déclaré pour sa part un élu malien du centre du pays, sous couvert de l'anonymat pour des raisons de sécurité : "La voiture qui les transportait à sauté sur une mine". "Je ne souhaite ni confirmer, ni infirmer la mort de ce que [certains appellent] un mercenaire russe de Wagner", a dit pour sa part une source militaire malienne à Sévaré. Selon la source sécuritaire, le détachement militaire a riposté après avoir essuyé des tirs ennemis et "18 [assaillants ont ainsi été] neutralisés". L'AFP n'a pas été en mesure de recouper cette information. - L'ONU "préoccupée" - Les Forces armées maliennes (FAMa) n'ont pas communiqué officiellement sur ces événements. Dans un message sur Twitter, la mission des Nations unies au Mali (Minusma) a dit être "préoccupée" par des informations - dont elle n'a pas précisé l'origine - sur des "allégations de violations des droits de l'Homme commises [mardi pendant] le marché hebdomadaire à Hombori, lors d'une opération menée par les Forces armées maliennes qui auraient été accompagnées d'un groupe de militaires étrangers". La Minusma ajoute avoir ouvert, "conformément à son mandat", "une enquête pour vérifier les faits avec l'intention de se rendre prochainement sur les lieux. Elle appelle également "les autorités maliennes à faire toute la lumière sur ces évènements". Plus tôt, à Genève, le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme avait déploré que les autorités maliennes n'aient toujours pas accordé d'accès aux enquêteurs de la Minusma à Moura, village du centre du Mali, où l'armée affirme avoir tué environ 200 jihadistes fin mars alors que l'ONG américaine Human Rights Watch accuse des soldats maliens associés à des combattants étrangers d'y avoir exécuté sommairement quelque 300 civils. Dirigé depuis août 2020 par des militaires arrivés au pouvoir par la force, le Mali est plongé depuis 2012 dans une crise sécuritaire profonde que le déploiement de forces étrangères n'a pas permis de régler. Parties du nord du pays, les violences jihadistes se sont étendues vers le centre et le sud avant que le conflit ne se complique avec l'apparition de milices communautaires et de bandes criminelles.