Algérie: le détenu d'opinion Debbazi décédé de "causes naturelles" (ministre)

AFRICA RADIO

17 mai 2022 à 15h51 par AFP

Un ministre algérien a affirmé mardi qu'un détenu d'opinion mort en prison en avril et dont la famille a porté plainte contre l'Etat était décédé de "causes naturelles", ont rapporté les médias.

Hakim Debbazi, 55 ans, arrêté en février pour des publications sur les réseaux sociaux en lien avec le mouvement prodémocratie Hirak, est décédé le 24 avril en prison, selon la Ligue algérienne des droits de l'homme (LADDH). Sa famille a engagé début mai une action en justice contre l'Etat pour "homicide involontaire" et "non assistance à personne en danger", réclamant un milliard d'euros de réparations. S'exprimant lors d'une séance du Parlement, le ministre de la Justice Abderrachid Tabi, cité par des médias, a affirmé que Hakim Debbazi avait été transféré à l'hôpital le 17 avril "après être tombé malade" dans la prison de Koléa près d'Alger où il était détenu. "Ils est décédé à l'hôpital après trois jours. Le rapport du médecin légiste qui a pratiqué l'autopsie a conclu qu'il était décédé de causes naturelles", a ajouté le ministre. Le décès de Hakim Debbazi a suscité une vague d'émotion en Algérie. Avant lui, deux détenus d'opinion -Mohamed Tamalt en 2016 et Kamel Eddine Fekhar en 2019- sont décédés en détention. Selon le Comité national pour la Libération des détenus (CNLD), plus de 260 personnes sont encore emprisonnées en Algérie en lien avec le mouvement de contestation Hirak ou la défense des libertés individuelles.