Algérie: Tebboune prédit "un retour à la normale" avec la France

Par AFP

AFRICA RADIO

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a prédit vendredi "un retour à la normale" des relations avec la France, en pleine crise, à condition qu'elles se fassent sur une base d'"égal à égal".

Le président français Emmanuel Macron avait déclenché la colère d'Alger après des propos, rapportés le 2 octobre par le quotidien français Le Monde, accusant le système "politico-militaire" algérien d'entretenir une "rente mémorielle". D'après le quotidien, il avait questionné l'existence d'une nation algérienne avant la colonisation française. En signe de protestation, l'Algérie a rappelé son ambassadeur en France et interdit le survol de son territoire aux avions militaires français desservant le Sahel, où sont déployées les troupes de l'opération antijihadiste Barkhane. Interrogé sur cette crise diplomatique lors d'une interview avec des médias algériens diffusée vendredi soir par la télévision officielle, M. Tebboune a affirmé qu'"il faut bien que ces relations reviennent à la normale, à condition que l'autre partie (la France) les conçoive sur une base d'égal à égal, sans provocation". "Nous sommes d'accord pour qu'on traite l'un avec l'autre pour ne pas nuire aux intérêts de chaque partie, mais nous n'accepterons pas qu'on nous impose quoi que ce soit", a ajouté M. Tebboune. La présidence française avait fait savoir le 10 novembre que M. Macron "regrette les polémiques et les malentendus" avec l'Algérie et assure avoir "le plus grand respect pour la nation algérienne" et "son histoire". Le chef de la diplomatie algérienne Ramtane Lamamra avait salué ces déclarations "manifestant du respect" envers son pays. Dans son interview, M. Tebboune a par ailleurs critiqué la visite sans précédent effectuée cette semaine par le ministre israélien de la Défense Benny Gantz au Maroc, le frère ennemi de l'Algérie au Maghreb. Faisant allusion à un contrat de coopération sécuritaire signé entre le Maroc et Israël à cette occasion, M. Tebboune a dénoncé une visite "de la honte" et parlé d'"une menace" contre son pays.