Côte d'Ivoire : La précarité menstruelle encore plus importante en milieu carcéral

Par Moh Sy Savané /Africa Radio Abidjan

Reportage - La précarité menstruelle

Près d’un demi-milliard de femmes est touché par la précarité menstruelle dans le monde, aussi bien en zone rurale qu’urbaine. Ce manque d’accès aux protections hygiénique, dans la période des règles, est davantage accru en milieu carcéral. C’est le cas notamment en Côte d’Ivoire où une ONG suit les détenues et leur fait régulièrement des dons de produits d’hygiène à la MACA, la plus grande prison du pays. Moh SY SAVANÉ a rencontré la responsable de cette ONG.

C’est un peu par hasard que Madoussou Touré, présidente de l’ONG SMED-CI, découvre la précarité menstruelle en prison alors qu’elle y était pour faire un don ordinaire, comme celui qu’elle faisait hier (mercredi) à l’occasion de Noël. Touchée par cette situation, l’experte en genre en a fait son cheval de bataille, depuis deux ans.

Il est curieux, s’étonne Madoussou Touré, qu’une dotation en serviette hygiénique ne soit pas prévue - ou en tout cas pratiquée - à la MACA où sont détenues un peu moins de trois cent femmes. Qu’à cela ne tienne, son ONG SMED-CI compte amplifier ses actions, mais requiert un appui légal du gouvernement.

Il y va de la santé reproductive de ces femmes, ou de leur santé tout court, insiste la présidente de SMED-CI. Les serviettes hygiéniques offertes par l’ONG en plus d’autres produits d’hygiène, viennent, jusqu’ici, uniquement des cotisations des membres et des dons des amis. 

Reportage CIV

Voir aussi