Ouganda: inquiétude à l'OMS après les premiers cas d'Ebola à Kampala

AFRICA RADIO

2 novembre 2022 à 16h21 par AFP

Le directeur général de l'OMS a fait part mercredi de son inquiétude après les premiers cas d'Ebola dans la capitale ougandaise et a appelé les pays voisins à renforcer d'urgence leur niveau de préparation face une possible propagation du virus.

L'épidémie d'Ebola qui sévit dans le pays de la région des Grands lacs depuis fin septembre a fait 43 morts, a indiqué le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors de sa conférence de presse hebdomadaire. Par ailleurs, 21 décès probables sont annoncés. Au total, 130 cas ont été confirmés, ainsi que 21 cas probables, a-t-il également indiqué. Le chef de l'OMS a expliqué que le district de Mubende reste le plus touché. Mais il a souligné que les cas ont récemment augmenté dans deux districts voisins et que 17 cas ont été confirmés dans la capitale Kampala, peuplée d'environ 1,5 million de personnes. "Le fait même qu'il y ait des cas dans une ville densément peuplée souligne le risque très réel d'une transmission ultérieure et le besoin très urgent d'une préparation accrue dans les districts et les pays voisins", a-t-il averti. Les épidémies sont difficiles à contenir, en particulier en zone urbaine. L'Ouganda a connu plusieurs épidémies d'Ebola, dont la dernière en 2019. Il n'existe pour l'heure aucun vaccin contre la souche du virus Ebola, dite "souche soudanaise", qui sévit en ce moment dans le pays. L'OMS a annoncé le 12 octobre que des essais cliniques de vaccins contre cette souche pourraient débuter "dans les prochaines semaines" en Ouganda. Il existe plusieurs projets de vaccins contre la souche soudandaise du virus, qui sont à différents stades de développement. L'organisation a débloqué mardi 5,7 millions de dollars supplémentaires, sur son Fonds de réserve pour les situations d'urgence, pour soutenir la riposte au virus en Ouganda, en plus des 5 millions qui avaient déjà été débloqués, a annoncé le Dr Tedros. "Nous continuons à demander instamment un renforcement de la réponse mondiale et une augmentation de l'investissement des donateurs", a-t-il ajouté. La transmission humaine se fait par les fluides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements et diarrhées.