Prison à vie pour un Sud-Africain qui a fait tuer son amie enceinte

AFRICA RADIO

29 juillet 2022 à 15h21 par AFP

Sa maîtresse enceinte de huit mois avait été retrouvée pendue à un arbre, une balle dans la poitrine, plusieurs jours après avoir disparu: Ntuthuko Shoba a été condamé vendredi à la prison à vie, dans une affaire qui a défrayé la chronique en Afrique du Sud.

Le cadavre de Tshegofatso Pule, ravissante jeune femme de 28 ans, avait été retrouvé en juin 2020, à une vingtaine de km à l'ouest de Johannesburg. "C'était un meurtre sous contrat", avait déclaré le procureur, en demandant la peine maximale pour un accusé n'ayant montré "aucun remords" lors de son procès devant les assises à Johannesburg. M. Shoba, 33 ans, ancien employé de la Bourse de Johannesburg, a été reconnu coupable d'avoir planifié le meurtre et d'avoir payé un tueur à gages pour exécuter la sale besogne. Tshegofatso Pule était "vulnérable, elle était enceinte" et elle lui faisait confiance, a ajouté le procureur Faghre Mohamed. "Son meurtre avait été planifié depuis longtemps". M. Shoba avait demandé à un tueur à gages d'assassiner sa petite amie, de peur que son épouse, qui venait d'hériter, n'apprenne sa liaison à quelques semaines de la naissance de l'enfant. Il lui avait fait envoyer un faux chauffeur VTC pour la convaincre de monter dans la voiture qui l'emmenait vers sa mort, selon le témoignage du tueur embauché, qui purge actuellement une peine de 20 ans de prison après avoir reconnu son rôle dans l'affaire. Mais M. Shoba a nié jusqu'au bout être le commanditaire. "Il l'a regardée pour la dernière fois en sachant très bien que mon enfant allait mourir", s'est exclamée la tante de la victime jeudi en fin d'audience. "Tu ne trouveras jamais la paix, jamais", avait-elle lancé en pointant du doigt l'accusé. Le président Cyril Ramaphosa a cité cette affaire dans plusieurs discours condamnant les violences faites aux femmes, particulièrement graves dans ce pays qui compte parmi les plus violents au monde.