Somalie: les Etats-Unis offrent 10 millions de dollars pour des informations sur les chefs shebab

AFRICA RADIO

14 novembre 2022 à 15h51 par AFP

Les Etats-Unis ont augmenté jusqu'à 10 millions de dollars la récompense permettant d'identifier trois chefs islamistes radicaux shebab en Somalie, théâtre d'une recrudescence d'attaques ces dernières semaines, a annoncé lundi l'ambassade américaine au Kenya dans un communiqué.

"Le programme de récompenses pour la justice du département d'État des États-Unis (...) augmente ses offres de récompenses jusqu'à 10 millions de dollars chacune pour des informations permettant d'identifier ou de localiser les principaux dirigeants shebab Ahmed Diriye, Mahad Karate et Jehad Mostafa", indique le communiqué. Cette récompense s'applique également à toute information "conduisant à la perturbation des mécanismes financiers des shebab", ajoute l'ambassade américaine, soulignant qu'il s'agit de "la première fois que le Département (d'Etat) offre une récompense pour des informations sur les réseaux financiers d'al-Shabaab". Ahmed Diriye est depuis 2014 le chef des shebab, groupe islamiste lié à Al Qaïda qui mène depuis 15 ans une insurrection contre le gouvernement fédéral pour instaurer la loi islamique en Somalie. Mahad Karate est considéré comme le numéro 2 du mouvement et Jehad Mostafa, citoyen américain qui a résidé en Californie, comme l'un des principaux instructeurs militaires, précise l'ambassade. Cette annonce intervient alors que la Somalie fait face à un sanglant regain d'attaques des shebab, qui ont juré la perte du gouvernement fédéral soutenu par la communauté internationale. La dernière en date, un double attentat à la voiture piégée dans la capitale Mogadiscio le 30 octobre, a fait 121 morts et 333 blessés selon l'ONU citant lundi des chiffres officiels somaliens, l'attentat le plus meurtrier dans le pays depuis 2017. Ces attaques sont menées en riposte à une offensive de l'armée somalienne, appuyée par des milices claniques locales, qui a permis de reprendre du terrain aux shebab dans le centre du pays. Ils ont été chassés des principales villes - dont Mogadiscio en 2011 - mais restent solidement implantés dans de vastes zones rurales.