Tchad: des groupes rebelles quittent les pourparlers de paix

AFRICA RADIO

16 juillet 2022 à 23h21 par AFP

Plusieurs groupes représentant des rebelles et des groupes politiques tchadiens se sont retirés samedi des pourparlers avec le gouvernement militaire de la nation africaine, l'accusant de chercher à déstabiliser les efforts de paix.

La décision, prise par environ la moitié des groupes participant aux pourparlers, est intervenue moins de 24 heures après que l'administration du président Mahamat Idriss Deby Itno a annoncé qu'un dialogue de paix national destiné à ouvrir la voie aux élections commencerait le 20 août. Dans un communiqué, les groupes rebelles participant aux pourparlers à Doha ont accusé la délégation gouvernementale de "harcèlement, intimidation, menaces et désinformation". La nouvelle date a été fixée sans aucune consultation, ont-ils ajouté, affirmant qu'il s'agissait d'une tentative "d'exclure" de nombreux groupes armés et leurs alliés politiques du dialogue. Deby a pris le pouvoir à la tête d'une junte militaire en avril de l'année dernière après que son père, le chef de longue date Idriss Deby Itno, a été tué au combat lors d'une offensive rebelle sur la capitale. Il a établi un calendrier de 18 mois pour des élections nationales, mais les pourparlers de Doha se sont enlisés à plusieurs reprises et les représentants de l'opposition et du gouvernement n'ont pas encore tenu de pourparlers directs. Les groupes d'opposition ont exigé que Deby se retire des élections avant que des pourparlers puissent avoir lieu, mais le gouvernement a déclaré que cela ne pouvait être discuté que lors du dialogue national. Le Tchad est l'un des pays les plus pauvres du monde et le gouvernement a déclaré que les pourparlers visaient à mettre fin à des décennies de troubles et d'instabilité dans ce pays de 16 millions d'habitants.