Tunisie: échange de tirs entre des gendarmes et des jihadistes présumés

AFRICA RADIO

20 mars 2022 à 11h36 par AFP

Des jihadistes présumés ont tiré sur des gendarmes dans la nuit de samedi à dimanche, près de l'entrée d'une caserne de la garde nationale à Kairouan, dans le centre de la Tunisie, a indiqué un syndicat de police, précisant qu'ils n'avaient fait aucun blessé.

Ces individus "inconnus" qui étaient à bord d'une voiture ont pris la fuite après que des gendarmes ont riposté par des tirs "massifs" dans leur direction, selon un communiqué publié dimanche par le syndicat de la sûreté nationale de Tunis. "Il est probable que les auteurs de cette attaque lâche (...) appartenaient à l'une des cellules terroristes après la révélation de leur plan destructif et l'arrestation ces derniers jours d'une cellule terroriste opérant entre Sousse (est) et Kairouan", a ajouté le syndicat. Contactée par l'AFP, la responsable de communication au ministère de l'Intérieur était injoignable. Cette attaque intervient au milieu d'une profonde crise politique depuis le coup de force le 25 juillet du président Kais Saied qui s'est arrogé les pleins pouvoirs, suscitant une vive opposition de la société civile et de plusieurs partis, notamment du mouvement islamo-conservateur Ennahdha. Elle intervient aussi le jour de la fête de l'indépendance de la Tunisie. Depuis la révolution de 2011, le pays a connu un essor des groupes jihadistes responsables de plusieurs attaques sanglantes ayant fait des dizaines de morts parmi des touristes - notamment à la station balnéaire de Sousse et au musée du Bardo à Tunis - et des agents de la sécurité. En mars 2016, une attaque avait visé une caserne de l'armée, un poste de police et un poste de la garde nationale tunisienne à Ben Guerdane (sud-est). Si 13 membres des forces de sécurité et 7 civils avaient péri, cette offensive inédite s'était soldée par un échec et au moins 55 jihadistes avaient été abattus et des dizaines arrêtés. Les autorités avaient attribué cette attaque et d'autres à des membres du groupe jihadiste Etat islamique (EI), venus de la Libye voisine. Les autorités tunisiennes affirment avoir réalisé des progrès significatifs dans la lutte contre le terrorisme, aucune attaque de l'ampleur de celle de Ben Guerdane n'ayant eu lieu depuis dans le pays.