Côte d’Ivoire/Football : Levée de boucliers après la nomination de Kalou Bonaventure

Côte d’Ivoire/Football : Levée de boucliers après la nomination de Kalou Bonaventure

5 juillet 2022 à 9h23 par Juliette Abwa /Africa Radio Abidjan

L’ancien international ivoirien, Kalou Bonaventure vient d'être nommé Président de la Commission Centrale des Arbitres (CCA) de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF). L’ex-attaquant des Eléphants de Côte d’Ivoire a pris fonction le 04 Juillet 2022, après la passation de Charges qui a eu lieu au sein du siège de la Fédération de Football.

Kalou Bonaventure, membre du nouveau Comité Exécutif de la FIF est le nouveau Président de la Commission Centrale des Arbitres (CCA) de la Fédération Ivoirienne de Football. « Merci au Président Yacine Idriss Diallo pour cette marque de confiance. En avant pour redorer le blason de l’arbitrage ivoirien, ensemble nous allons y arriver » peut-on lire sur sa page Facebook. La passation de charge entre l’ancienne présidente de cette commission, Mme Agathe Athacou (sous l’ère de la normalisation) et Bonaventure Kalou s’est faite au sein du siège de la fédération. Une nomination qui provoque une levée de boucliers dans l’univers du football ivoirien. Certains s’indignent du fait que ce ne soit pas un ancien arbitre qui préside cette commission et d’autres par contre sont heureux de cette nomination qui traduit la reconnaissance du nouveau patron du football ivoirien à tous ceux qui l’ont soutenu pendant les élections à la FIF.

 Voici ce que disent les textes de la FIFA et de la FIF sur la Commission Centrale des Arbitres (CCA)

Le Règlement de l’organisation de l’arbitrage au sein des associations membres de la FIFA dans ses dispositions générales stipule que : chaque association membre est tenue d’établir une commission d’arbitre qui lui est directement subordonnée conformément à l’art14, al1g des statuts de la FIFA. La commission des arbitres doit faire partie intégrante de la structure de l’association membre. Elle doit être en charge de l’organisation, de la régulation et du développement de l’arbitrage. Elle doit être placée sous le contrôle exclusif de l’association membre et ne doit en aucun cas tomber sous la supervision ou le contrôle d’une quelconque autre entité (ligue, gouvernement, parlement ou autre entité étatique). Par ailleurs, la composition de la Commission des Arbitres de la FIFA stipule qu’elle doit exclusivement être constituée d’anciens arbitres (ayant de préférence officié au plus haut niveau de leurs compétitions nationales) et compter un président, un vice-président et un nombre opportun d’autres membres. Ses membres ne doivent être affiliés à aucun club, ligue ou autre entité footballistique, pas plus qu’à une entité d’arbitres (syndicat, association etc.) les arbitres en exercice ne sont pas éligibles au poste de membre de la commission des arbitres. Le président de la commission des arbitres peut être un ancien membre du comité exécutif (sous réserve que la réglementation de l’association membre concernée le permette) mais doit être un ancien arbitre de haut niveau.

Au niveau des statuts et règlements de la Fédération Ivoirienne de Football, l’article 58 consacrée à la Commission Centrale des Arbitres ne définit que les obligations de cette commission. Ainsi, le CCA est chargé de veiller à la stricte application des règles du jeu, d’établir la liste des arbitres officiels, d’interpréter les lois du jeu et préparer les projets de directive technique, d’assurer le recrutement des candidats arbitres et assurer la formation des arbitres. De plus, cet article stipule que la commission est composée d’un président, un vice-président et du nombre de membres nécessaires. Au vu de tous ces éléments, Est-il opportun de questionner la nomination d’un ancien joueur, membre du nouveau comité Exécutif, à la tête de la Commission Centrale des Arbitres (CCA) de la Fédération Ivoirienne de Football?