Est de la RDC: huit morts dans une explosion à Goma (ministre)

AFRICA RADIO

7 avril 2022 à 22h21 par AFP

Une explosion d'origine encore indéterminée a fait jeudi soir huit morts et trois blessés dans un débit de boissons d'un camp militaire de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, selon un bilan provisoire communiqué par le porte-parole du gouvernement.

La radio-télévision nationale congolaise a fait état de l'explosion d'une "grenade", sans plus de précisions. Une équipe de l'AFP qui s'est rendue sur place a vu des corps déchiquetés, un véhicule au pare-brise brisé par l'explosion, des chaises cassées, du sang sur le sol, une ambulance, des gens en larmes, des femmes poussant des cris... Un militaire, qui n'a pas souhaité donner son nom, parle de l'explosion d'une "bombe artisanale". "C'était vers 19H00, nous étions ici avec d'autres jeunes. Nous avons entendu subitement l'explosion dans le bistro. Il y a eu des morts. Je ne peux pas décrire ces choses horribles", déclare Espoir Mwisa, 25 ans. "Je rentrais du marché... Les flammes d'une explosion sont apparues... Je suis venue récupérer ma fille, il y avait plusieurs morts...", témoigne Espérance Nabintu. "Le gouverneur militaire du Nord-Kivu vient de nous informer d'une explosion dans un bar au camp Katindo à Goma", a indiqué sur Twitter en début de soirée Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication et médias. "Le bilan provisoire fait état de 8 morts et 3 blessés. Les services sont déjà déployés pour les premières investigations", précisait-il, en appelant la population au calme. Goma est le chef-lieu du Nord-Kivu, province parmi celles de la RDC en proie depuis plus de 25 ans aux violences de nombreux groupes armés. Avec l'Ituri voisine, elle est depuis le mois de mai dernier sous état de siège, une mesure exceptionnelle qui a remplacé l'administration civile par l'armée et la police mais n'est pas parvenue jusqu'à présent à ramener la paix. Cette partie du Nord-Kivu n'a toutefois pas été jusqu'à présent dans le champ d'action du groupe ADF (Forces démocratiques alliées), présenté par l'organisation jihadiste Etat islamique comme sa branche en Afrique centrale. Le 25 décembre à Beni, dans le nord de la province, un attentat suicide avait fait dans un restaurant 7 morts et une vingtaine de blessés. Les autorités avaient immédiatement accusé les ADF d'être responsables de cet attentat. Depuis fin novembre, après des attentats en Ouganda dont les ADF ont été accusées, l'armée ougandaise mène contre ce groupe rebelle une opération militaire dans l'est de la RDC, conjointement avec l'armée congolaise.