Ethiopie: un journaliste arrêté pour la deuxième fois en cinq mois (proche)

AFRICA RADIO

7 septembre 2022 à 16h21 par AFP

Un journaliste éthiopien, Gobeze Sisay, a été à nouveau arrêté mercredi matin à son domicile d'Addis Abeba par la police, moins de cinq mois après avoir été détenu neuf jours et relâché sans inculpation, a annoncé un de ses proches à l'AFP.

Ancien journaliste d'une chaîne de télévision progouvernementale, Gobeze Sisay anime désormais la chaîne YouTube Voice of Amhara qui défend la cause des Amhara, la deuxième population ethno-linguistique en nombre d'Ethiopie. "J'ai été informé de l'arrestation de Gobeze dans la matinée par son épouse et son propriétaire", a déclaré ce proche, indiquant qu'une dizaine de membres des forces de sécurité, "certains vêtus d'uniformes de la police fédérale, d'autres en civil", se sont présentés à son domicile à 07H30. Ils "n'avaient pas de mandat judiciaire" et "ont fouillé et mis à sac la maison pendant une heure (...) avant de l'emmener en détention, au quartier général de la police fédérale à Addis Abeba, d'après ce qu'ils ont dit à son épouse", a-t-il expliqué. Selon ce proche, de récents propos hostiles au gouvernement, recueillis récemment par le journaliste alors qu'il était sur le front et qu'il a relayés sur un forum en ligne, auraient mécontenté des militants du Parti de la prospérité du Premier ministre Abiy Ahmed, lesquels auraient réclamé son arrestation. Après cinq mois de trêve, les combats ont repris le 24 août dans le nord de l'Ethiopie entre les forces rebelles de la région du Tigré et les troupes progouvernementales, notamment dans des zones de la région de l'Amhara bordant le Tigré. Les forces régionales et milices amhara continuent de prêter main-forte à l'armée fédérale éthiopienne contre les rebelles mais la gestion du conflit par M. Abiy avaient suscité dans l'année de nombreuses critiques dans la communauté amhara, que des différends territoriaux anciens opposent aux Tigréens. Gobeze Sisay avait déjà été arrêté le 1er mai et détenu durant neuf jours au secret avant d'être libéré sans inculpation.

Voir aussi