Naufrage d'un pétrolier en Tunisie: non-lieu pour l'équipage

AFRICA RADIO

11 août 2022 à 11h21 par AFP

La justice tunisienne a prononcé un non-lieu pour les sept membres de l'équipage d'un pétrolier qui s'était échoué le 16 avril au large de la Tunisie, a indiqué jeudi à l'AFP le porte-parole du tribunal de Gabès, Mohamed Karray.

Après le naufrage de ce bateau, le parquet de Gabès avait ouvert une enquête pour déterminer les causes de l'accident, la nature de l'activité du pétrolier et son trajet des semaines ayant précédé son naufrage. Son équipage - quatre Turcs, un capitaine géorgien et deux Azerbaïdjanais - était placé en état d'arrestation depuis le 22 avril. Le tribunal de première instance de Gabès (sud) a prononcé mercredi un non-lieu dans cette affaire et décidé la libération de tout l'équipage, a indiqué M. Karray. Toutefois, selon la même source, le procureur de Gabès a fait appel. Le Xelo, battant "illégalement" pavillon de la Guinée équatoriale, officiellement parti du port de Damiette en Egypte à destination de Malte, avait coulé dans les eaux tunisiennes où il s'était réfugié en raison de mauvaises conditions météorologiques. Pour une raison inconnue, ce pétrolier, de 58 mètres de long sur 9 de large, avait commencé à prendre l'eau. Des forces de la marine militaire tunisienne avaient évacué l'équipage juste avant que le navire ne sombre. Tunis avait ensuite annoncé que le navire était vide, écartant tout risque de pollution, après avoir, dans un premier temps, assuré qu'il transportait 750 tonnes de gazole sur la base des documents de bord. Des images transmises par la marine tunisienne montrait les instruments de bord et notamment le GPS détruits à coups de marteau. Après le naufrage, la Guinée équatoriale avait annoncé la suspension de près de 400 navires battant de façon "illégale" pavillon du pays. Des médias et experts tunisiens avaient rappelé la proximité du golfe de Gabès avec le nord-ouest de la Libye, important exportateur de pétrole, dont les côtes ont été le théâtre de trafics d'hydrocarbures, ces dernières années. Contacté par l'AFP, Rafaa Tabib, géopolitologue tunisien, spécialiste des trafics en Libye, avait estimé que le Xelo était "une station-service flottante vendant (illégalement, ndlr) des hydrocarbures aux nombreux navires transitant par le Canal de Sicile". Selon M. Tabib, ces trafics ont "trois acteurs principaux: la mafia italienne, des sociétés au statut juridique pas clair à Malte et des milices libyennes opérant dans le secteur de Zawiya, où se trouve la plus grande raffinerie" de Libye.