Soudan: le chef du conseil de transition promet des réformes dans l'armée

26 septembre 2021 à 11h21 par AFP

AFRICA RADIO

Le général à la tête du conseil gérant la transition au Soudan a promis dimanche de réformer l'armée, près d'une semaine après une tentative de putsch, assurant que les militaires étaient "les plus engagés" pour la "transition démocratique".

Après le coup d'Etat manqué le 22 septembre, au moins 11 officiers avaient été arrêtés, aux côtés de civils, conduisant le Premier ministre civil Abdallah Hamdok à appeler à une réforme de l'armée, sujet hautement sensible au Soudan. "Nous allons réorganiser les forces armées (...) Toute activité partisane est interdite au sein de l'armée", a affirmé dimanche le général Abdel Fattah al-Burhane lors de l'inauguration d'un hôpital militaire au sud de Khartoum. "Les forces armées sont engagées à tenir les élections à la date fixée pour la fin de la transition", en 2023, "et après l'armée quittera la scène politique et son rôle se limitera à protéger le pays", a ajouté le responsable. Les militaires présents au sein du Conseil de souveraineté, qui chapeaute la transition avec un gouvernement civil, sont censés remettre les rênes de cet organe aux civils sous six mois, et devenu entièrement civil, cet organe devra alors organiser les élections en 2023. Mais, assurent les experts, les fractures sont profondes entre civils et militaires et le camp civil lui-même est divisé. Si "les forces armées ne mèneront jamais un coup d'Etat contre la révolution", le mouvement populaire qui a mené en avril 2019 à la destitution de l'autocrate Omar el-Béchir, "certaines personnes ne veulent pas d'élections ni de transition", a encore dit le général Burhane, sans les nommer. Le 22 septembre, le général Mohamed Hamdan Daglo, numéro deux du Conseil de souveraineté, avait fait porter la responsabilité de la tentative du coup d'Etat aux "politiciens" qui avaient, selon lui, engendré un "mécontentement" populaire. En face, des manifestants, notamment dans l'Est, étaient sortis dans les rues pour dire: "Non au pouvoir militaire!" et "Non au coup d'Etat!". Cette tentative de coup d'Etat n'est pas la première dans un pays qui a été dirigé pendant 30 ans par Béchir, arrivé lui-même au pouvoir par un putsch en 1989.