Forum Investir en Afrique 2024

Côte d’ivoire : L’entrée en vigueur de la réglementation de l'UE dans la filière Hévéa

L’Atelier technique d’appropriation du règlement de l’Union Européenne relatif aux produits associés à la déforestation et à la dégradation des forêts pour la filière hévéa s’est tenu à Abidjan en Côte d’ivoire.

 L’entrée en vigueur de la réglementation de l'UE dans la filière Hévéa

28 mars 2024 à 13h57 par Juliette Abwa V/ Africa Radio Abidjan

Après avoir organisé un premier atelier visant à informer et sensibiliser sur le règlement de l’UE concernant la lutte contre la déforestation dans la filière Cacao, l’attention se tourne désormais vers la filière hévéa. Organisée par l’Association des Professionnels du Caoutchouc Naturel de Côte d’Ivoire (APROMAC) en collaboration avec la délégation de l’UE à Abidjan, cet atelier vise à sensibiliser les participants aux implications de la réglementation de l’UE dans la lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts pour la filière hévéa, ainsi qu’à illustrer les mesures prises par cette filière pour s’y conformer. La Côte d’ivoire, en tant que 3e producteur mondial de caoutchouc naturel, a exporté vers l’UE des produits d’une valeur de 4,3 milliards de dollars en 2022, ce qui en fait la 2e destination du caoutchouc naturel ivoirien. Ainsi, les implications économiques et environnementales de la réglementation de l’UE concernent particulièrement ce pays. La « Régulation (UE) 2023/1115 », entrant en application le 30 décembre 2024, impose des restrictions sur la mise sur le marché européen l’exportation de produits et de chaînes d’approvisionnement associée à la déforestation. Elle concerne diverses matières premières, dont le caoutchouc, le cacao, le café, l’huile de palme, le soja et le bois, obligeant les entreprises à fournir une déclaration de « diligence raisonnable » pour garantir que leurs produits ne contribuent pas à la déforestation ou à la dégradation des forêts. Seuls les produits « zéro déforestation » et légaux sont autorisés et doivent être couverts par une telle déclaration. Outre son aspect environnemental, cette réglementation vise à protéger les droits humains et les populations autochtones. Les autorités de l’UE effectueront des contrôles basés sur le risque. Parallèlement à cette réglementation, l’UE déploie également une législation sur la traçabilité alimentaire pour garantir la transparence dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire.

Dans son discours, Massimo Scalorbi, Chef de la Coopération à la Délégation de l’Union européenne à Abidjan, a souligné l’importance de cette réglementation pour le pays, mettant en avant que ce processus ne concerne pas seulement l’environnement, mais aussi le développement social et économique du pays. Rodrigue N’Guessan, Directeur Général du développement rural au ministère d’État, ministère de l’agriculture du développement rural et des productions vivrières, a exprimé la disposition de l’État de Côte d’ivoire à s’adapter à cette réglementation dans un souci de conformité et de responsabilité environnementale. Cette réglementation marque un pas important dans les efforts de l’UE pour promouvoir la durabilité environnementale et assurer une chaîne d’approvisionnement alimentaire plus éthique et transparente.

Charles Emmanuel Yacé, Président du Conseil d’Administration de l’APROMAC s’exprime au micro d’Africa Radio, écoutons.

 

 

L’entrée en vigueur de la réglementation de l'UE dans la filière Hévéa