Isabel dos Santos pas au courant d'un mandat d'arrêt d'Interpol (avocats)

AFRICA RADIO

19 novembre 2022 à 12h51 par AFP

La femme d'affaires Isabel dos Santos, qui fait l'objet d'une enquête pour détournement de fonds publics en Angola, n'est pas au courant d'un quelconque mandat d'arrêt émis contre elle par Interpol, affirment ses avocats.

La défense de la fille de l'ancien dirigeant Jose Eduardo dos Santos a "consulté la base de données d'Interpol et, à ce jour, il n'y a aucune référence à l'émission d'un mandat", assure ce communiqué obtenu samedi par l'AFP, au lendemain d'informations de presse faisant état de son existence. La presse portugaise a rapporté vendredi que ce mandat d'arrêt avait été émis à la demande du parquet angolais qui, contacté par l'AFP, n'était pas immédiatement joignable. Isabel Dos Santos, 49 ans, surnommée "la princesse" en Angola, "sait depuis près de trois ans qu'une procédure est en cours au Portugal pour des faits liés à l'enquête qui est aussi en cours en Angola, et qui vise non seulement elle-même mais aussi des entreprises qui lui sont liées", soulignent ses avocats, affirmant qu'elle a à plusieurs reprises "fourni les éclaircissements demandés" ou "témoigné". Dans le cadre des procédures pénales engagées contre elle au Portugal, "elle s'est officiellement mise à disposition pour faire des déclarations" mais n'a jamais été convoquée, assure le communiqué. Ainsi, les autorités "connaissent son adresse, qui figure d'ailleurs" dans les dossiers judiciaires, "elle n'est pas dans un lieu inconnu", ajoute son conseil. La fille du dirigeant angolais, décédé en juillet après 38 ans de règne autoritaire entaché de népotisme sur le pays d'Afrique australe riche en hydrocarbures, est notamment accusée de détournement de fonds et blanchiment d'argent à la tête de la compagnie pétrolière nationale Sonangol. Ses avoirs angolais ont été gelés. Elle est soupçonnée, avec son mari, l'homme d'affaires congolais Sindika Dokolo depuis décédé, d'avoir détourné un milliard de dollars d'argent public. Déjà sur le radar de la justice de nombreux pays, l'enquête "Luanda Leaks" publiée en 2020 par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) sur les origines douteuses de sa fortune, l'accuse d'avoir "siphonné les caisses" de l'Angola, révélant des détails sur les montages financiers utilisés, ainsi que le nom des sociétés qui l'y ont aidée et les montants en jeu.