Attaques d'églises au Nigeria: le président dénonce des violences "politiques"

AFRICA RADIO

23 juin 2022 à 13h06 par AFP

Le président nigérian Muhammadu Buhari a dénoncé mercredi soir la récente série d'attaques "politiques planifiées" contre des églises qui a fait des dizaines de morts dans le pays le plus peuplé d'Afrique.

Début juin, des hommes armés d'explosifs ont massacré 40 paroissiens dans une église à Owo, dans le sud-ouest, une tuerie rare dans une région habituellement épargnée par les violences et qui a choqué le Nigeria. Dernière attaque en date, cette fois dans le nord-ouest: au cours du weekend, 36 personnes ont été kidnappées dans des villages et deux églises de l'Etat de Kaduna. Trois villageois ont été tués au cours des violences, selon les autorités. "Il est évident que des gens malfaisants cherchent à plonger le pays dans une tension religieuse", a souligné le président Buhari dans un communiqué. Ces récentes attaques n'ont pas été revendiquées. Mais pour le chef de l'Etat, elles ont été orchestrées à des fins "politiques" par des "ennemis" qui souhaitent détruire l'unité du pays. "Nous ne les laisserons pas (faire). La nation ne sera pas distraite ou divisée par ces actes criminels manifestement planifiés et politiquement motivés", a-t-il insisté. L'année prochaine, le président Buhari quittera ses fonctions après son deuxième mandat et la sécurité sera un enjeu majeur de l'élection présidentielle prévue en février 2023. Sous le feu des critiques notamment pour son incapacité à mettre un terme à l'insécurité quasi-généralisée dans le pays, M. Buhari a promis de retrouver les coupables et de les traduire en justice. "Les auteurs (de ces attaques) sont des hommes armés lâches, faibles et malfaisants qui tuent de sang froid des femmes et des enfants sans défense dans leurs lieux de culte", a-t-il poursuivi. Le gouvernement a déclaré qu'il soupçonnait le groupe jihadiste Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) d'être derrière le massacre de l'église d'Owo. L'Iswap opère dans le nord-est, à plus d'un millier de kilomètres du sud-ouest, où une insurrection jihadiste fait rage depuis 13 ans, ayant fait 40.000 morts et 2,2 millions de déplacés. Le Nigeria est également confronté à d'autres défis sécuritaires, notamment à des enlèvements massifs d'écoliers, des affrontements entre agriculteurs et éleveurs et des agitations séparatistes qui mettent les forces de sécurité à rude épreuve.