Côte d’Ivoire/Littérature : Comment Vincent Toh Bi Irié a publie six livres simultanément ?

Côte d’Ivoire/Littérature : Comment Vincent Toh Bi Irié publie six livres simultanément

3 février 2022 à 13h04 par Juliette Abwa / Africa Radio Abidjan

« Hamed Bakayoko, le Self Made Man », « Jours de Colère », « la Rage de Vaincre », « L’Etrange Préfet », « Face à Facebook », « Tribulations » sont les 6 ouvrages que vient de publier Vincent Toh Bi Irié, l’ancien préfet d’Abidjan. « Je ne suis ni écrivain ni auteur, mais un concepteur d’idées qui s’est entouré de jeunes innovateurs dans leurs secteurs » a déclaré ce dernier lors de la séance de dédicace au Sofitel Hôtel Ivoire à Abidjan.

Six  ouvrages qui traduisent l’expérience et l’expertise de l’ancien préfet d’Abidjan dans la gestion de conflit dans 43 pays africains, mais aussi en tant que directeur de cabinet de feu Hamed Bakayoko alors ministre de la sécurité et de l’Intérieur de Côte d’Ivoire. Rendre hommage à son patron était une nécessité pour l’ancien préfet d’Abidjan, qui rappelons a écrit l’ouvrage « Hamed Bakayoko, le Self Made Man » en 36h juste après l’annonce du décès de ce dernier. 

« La Rage de Vaincre », « L’Etrange Préfet », « Face à Facebook » sont des ouvrages écrits en 3 et 16 jours et qui ont pour objectif la motivation les jeunes à travers le parcours de certains ivoiriens notamment : Stanislas Zézé (chef d’entreprise), Max Gradel (footballeur professionnel), les artistes musiciens tels que Meiway, Asalfo et de l’écrivain-journaliste Venance Konan. Oser changer les habitudes en incitant les jeunes qui constituent 75% de la population ivoirienne à la lecture est un moyen sur d’avoir une base dans la gestion de leurs opinions. 

Après avoir rendu sa démission du poste de Préfet d’Abidjan en août 2020, Vincent Toh Bi Irié-président de l’ONG Aube Nouvelle, soutient qu’on n’a pas besoin d’être aux affaires pour influencer positivement sa communauté. De plus, pour avoir travaillé dans plusieurs pays en guerre en Afrique, il n’aurait pu gérer le pouvoir administratif sans l’humaniser.