Le président centrafricain décrète un "cessez-le-feu unilatéral" dans la guerre contre les rebelles

Par AFP

AFRICA RADIO

Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a décrété vendredi un "cessez-le-feu unilatéral" de son armée et ses alliés dans leur guerre contre les rebelles pour favoriser l'ouverture prochaine d'un dialogue national, assurant que l'ennemi a fait de même à l'exception toutefois de deux importants groupes armés.

"Je viens vous annoncer ce soir la fin des opérations militaires et de toute action armée sur l'ensemble du territoire national, à compter de ce jour (...) à minuit", a-t-il annoncé à la radio d'Etat, ajoutant: "le cessez-le-feu unilatéral immédiat est la démonstration (...) de ma ferme volonté de privilégier la voie du dialogue". Classé deuxième pays le moins développé au monde par l'ONU, la Centrafrique a été plongée dans une guerre civile sanglante après un coup d'Etat en 2013. Ce conflit perdure mais a considérablement baissé d'intensité depuis trois ans, même si des pans entiers de territoires continuent d'échapper au pouvoir central. En décembre 2020, une partie des groupes armés qui occupaient alors plus des deux-tiers du territoire, regroupés au sein de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC), ont lancé une vaste offensive pour empêcher la réélection de M. Touadéra. Celui-ci a alors sollicité Moscou et Kigali, qui ont dépêché des centaines de paramilitaires russes et de soldats rwandais à la rescousse d'une armée centrafricaine démunie. Les militaires centrafricains, grâce essentiellement au soutien de leurs alliés russes et rwandais, ont depuis reconquis toutes les grandes villes occupées par les rebelles, qu'ils ont repoussés dans les forêts et la brousse, mais ces derniers multiplient les attaques furtives ces dernières semaines, toutefois loin de la capitale Bangui.