Maroc: forte inflation et croissance en berne prévues en 2022 (banque centrale)

AFRICA RADIO

22 mars 2022 à 17h36 par AFP

Le Maroc devrait connaître une inflation élevée (+4,7%) et une croissance en berne (+0,7%) en 2022, a annoncé mardi la banque centrale, sur fond de flambée des prix, liée en partie à la guerre en Ukraine, et de grogne sociale.

Après un taux de 1,4% en 2021, l'inflation devrait atteindre 4,7% cette année, avant de retomber à 1,9% en 2023, selon le conseil de la Bank Al-Maghrib, la banque centrale. "L'inflation poursuit son accélération entamée en 2021, tirée par (...) la flambée des prix des produits énergétiques et alimentaires ainsi que la hausse de l'inflation chez les principaux partenaires économiques", détaille le conseil dans son communiqué. La hausse des prix -- qui touche les carburants mais aussi des denrées alimentaires de base -- a déclenché un mouvement de mécontentement contre la vie chère même s'il reste pour l'heure limité. Toujours selon la banque centrale, la croissance devrait elle chuter à 0,7% après un rebond prévu de plus de 7% en 2021, pâtissant d'une sécheresse historique qui affecte la production agricole, en particulier céréalière. L'agriculture est le premier secteur économique du Maroc (environ 14% du PIB), devant le tourisme et l'industrie, et le premier pourvoyeur d'emplois du royaume. La flambée des cours des matières premières, due à la guerre en Ukraine, pèse également sur la croissance du pays d'Afrique du Nord, alourdissant sa facture énergétique, note Bank Al Maghrib. Enfin, concernant les recettes touristiques, plombées par la pandémie de Covid-19 et la fermeture des frontières, la banque centrale prévoit une reprise progressive, de 34,3 milliards de dirhams en 2021 (3,2 milliards d'euros) à 47 milliards (4,4 milliards d'euros) en 2022, sans toutefois retrouver le niveau antérieur à la crise sanitaire.