Algérie/législatives: le principal parti islamiste se félicite du résultat

16 juin 2021 à 15h08 par AFP

AFRICA RADIO

Le Mouvement de la société pour la paix (MSP), le principal parti islamiste en Algérie arrivé troisième aux législatives, s'est félicité mercredi des résultats malgré la faible participation, indiquant qu'il étudierait toute offre d'entrée au gouvernement.

"Nous sommes très heureux de cette réussite. Ce sont des résultats historiques", a affirmé le président du MSP, Abderrazak Makri, lors d'une conférence de presse à Alger.Son parti, arrivé troisième avec 64 sièges sur 407, enregistre une avancée au Parlement en gagnant une trentaine de sièges.Il se place derrière le Front de libération nationale (FLN, 105 élus) et des candidats indépendants (78 sièges élus), selon les chiffres provisoires de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE).M. Makri, qui s'était déclaré "prêt à gouverner" avant le scrutin, a regretté de ne pas avoir obtenu la majorité pour mettre en oeuvre "des mesures de pacification", comme "la libération des détenus d'opinion, la liberté d'expression, l'indépendance de la justice et la liberté d'association".Parti conservateur modéré, le MSP avait revendiqué la victoire après le scrutin et mis en garde contre "les nombreuses tentatives de modifier les résultats".Signe du fort désintérêt des Algériens, le taux de participation, à 23,03%, est le plus bas de l'histoire du pays, toutes élections confondues, selon l'ANIE.Mais pour le président du MSP, la réticence des Algériens à voter est due aux "fraudes lors des précédentes élections", sous l'ex-président Abdelaziz Bouteflika poussé, après 20 ans au pouvoir, à la démission en 2019 par un mouvement de contestation inédit qui réclame un changement du "système" politique. "Nous allons vers la construction d'un contrat national qui aboutira à un gouvernement d'union nationale pour le développement du pays", a encore dit M. Makri.Légaliste, le MSP, proche des Frères musulmans, rejette toute accointance avec l'ex-Front islamique du Salut (FIS, dissous) et le "terrorisme islamiste" de la guerre civile (1992-2002).Du reste, il a participé sans interruption aux gouvernements algériens de 1996 à 2011."L'islamisme en tant qu'idéologie, celle qui a tenté de s'imposer au début des années 1990 dans notre pays, n'existera plus jamais en Algérie", a récemment confié le président Abdelmadjid Tebboune à l'hebdomadaire français Le Point.