Dakar convoque l'ambassadrice de Suisse après la sortie "inacceptable" de son mari

16 juillet 2020 à 16h33 par AFP

AFRICA RADIO

Le Sénégal a adressé une sévère mise en garde à l'ambassadrice de Suisse à la suite de la publication par son conjoint d'un écrit sur le comportement d'enfants de riches "potentats locaux" et d'officiels à Dakar.

Les mots du conjoint de l'ambassadrice ont suscité un vif débat sur internet sur leur caractère raciste ou non. Le ministère suisse des Affaires étrangères a souligné auprès de l'AFP qu'il s'agissait d'écrits "privés".Dans un communiqué publié mercredi soir où il annonce avoir convoqué le même jour la diplomate, Marion Weichelt-Krupski, le ministère des Affaires étrangères sénégalais voit dans les mots incriminés "une violation flagrante des principes élémentaires de courtoisie et de non-immixtion dans les affaires intérieures sénégalaises". Il ne parle pas de racisme.Dans un article en allemand publié en mars sur son site de "coaching" en ligne, Waldemar Krupski s'indigne de l'absence de bonnes manières de deux adolescents de familles apparemmment très aisées, venus du Cameroun et hébergés le temps d'un tournoi scolaire de basket, comme d'autres enfants par d'autres familles.Il les accuse d'avoir jeté leurs déchets plastiques dans le jardin ou de faire attendre leurs hôtes. Il note encore la disproportion apparente entre la valeur de leur tenue vestimentaire et le salaire des employés locaux.Le ministère sénégalais des Affaires étrangères a dénoncé "le caractère inacceptable" de ces propos auprès de l'ambassadrice.Les principes de courtoisie et de non-immixtion doivent guider "en toute circonstance" le comportement d'un ambassadeur, mais aussi de sa famille, disent-elles."L'article de presse auquel il est fait référence a été rédigé à titre privé", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère suisse des Affaires étrangères suisses. Il "réitère son attachement aux excellentes relations que la Suisse entretient avec la République du Sénégal et qu'il entend poursuivre à l'avenir".