France: la plainte d'un neveu du président tchadien contre un blogueur jugée invalide

Par AFP

AFRICA RADIO

La plainte d'un neveu du président tchadien Idriss Déby, qui attaquait en diffamation et injure à Paris un journaliste et blogueur résidant en France, a été jugée invalide par le tribunal pour une question de procédure, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la Banque des États de l'Afrique Centrale (Beac) et neveu d'Idriss Déby Itno, avait porté plainte pour diffamation et injure publique en janvier 2018 en France après un billet publié sur le site Makaila.fr, administré par Makaila N'Guebla.Le tribunal s'est penché dans un premier temps sur des questions de procédure lors d'une audience en octobre et après en avoir délibéré, il a déclaré nulle la plainte de M. Tolli.Dans sa décision que l'AFP a pu consulter, le tribunal a estimé que la plainte ne respectait pas les règles de procédure à cause d'une "imprécision sur la qualification exacte des infractions poursuivies".Le plaignant a 10 jours pour faire appel; son avocat a indiqué mardi soir étudier la décision.Créé en 2007, le site Makaila.fr se présente comme "un site d'informations indépendant et d'actualités sur le Tchad, l'Afrique et le monde". M. N'Guebla, ressortissant tchadien, est réfugié politique en France depuis 2013 "après avoir été expulsé du Sénégal", avait-il expliqué à l'AFP en septembre 2019.Le 10 novembre 2017, le site avait publié un billet envoyé par un contributeur à propos de M. Tolli, qui estimait que quatre extraits étaient diffamatoires ou injurieux.Selon M. N'Guebla, dans cet article, le contributeur "révèle les pratiques de favoritisme récurrent au Tchad" et "impute à M. Abbas Tolli d'avoir placé des personnes à des postes à responsabilité lorsqu'il était successivement, ministre des Finances, directeur des Douanes, directeur de cabinet à la présidence et d'autres postes à responsabilités" au Tchad.Selon le blogueur, un droit de réponse émanant d'avocats de M. Tolli "a été publié quelques jours après ce billet" sur son site, et le billet et le droit de réponse ont été retirés définitivement du site trois mois plus tard.