Gabon: l'opposant Jean Ping commémore les victimes des violences post-électorales

Par AFP

AFRICA RADIO

L'opposant gabonais Jean Ping et ses partisans ont commémoré vendredi à son QG de Libreville les morts des violences post-électorales de l'été 2016, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Pour nous, la date du 31 août doit être décrétée journée des martyrs", a déclaré M. Ping après le dépôt d'une gerbe et une prière collective.Le 31 août 2016, des violences sans précédent avaient éclaté après l'annonce des résultats contestés de l'élection présidentielle du 27 août 2017, donnant la victoire au président sortant Ali Bongo Ondimba.Dans les rues, après des manifestations anti-Bongo, des milliers d'arrestations, l'Assemblée incendiée, les forces de sécurité avaient menées l'assaut contre le QG de l'opposant Jean Ping dans la nuit.Deux ans après, les impacts de balles dans les murs et sur les vitres sont toujours visibles."A chaque fois que viens ici, je ressens une grande douleur... Par exemple, dans cette salle, il y a eu beaucoup de morts", a témoigné sous couvert d'anonymat une rescapée de l'assaut présente à la cérémonie.Le bilan global des violences post-électorales avancé par les autorités gabonaises s'élève à quatre civils tués à l'arme blanche, et un policier mort par balles, selon une source judiciaire.Les autorités évoquent "des faits de violences, saccages et des incendies criminels" de la part des manifestants.L'opposition affirme avoir identifié une trentaine de morts tués par balles pour la plupart et évoque des disparus. La société civile parle d'environ 300 morts.Jean Ping, ex-cadre de la majorité passé dans l'opposition, se définit toujours comme le président élu et conteste les résultats des élections pour lesquelles il avait été crédité par la Cour constitutionnelle de 47,24 % des voix.Le rapport de la mission électorale de l'UE parle d'"anomalies" mettant en cause le "résultat final de l'élection.Jean Ping a réaffirmé lors de son discours vouloir aller "jusqu'au bout" et prendre les fonctions de chef de l'Etat.Aujourd'hui, de nombreux proches de M.Ping ont pris leurs distances avec l'ex-leader de l'opposition, certains sont même entrés au gouvernement.Plusieurs de ses partisans ou ex-partisans sont en campagne pour des législatives prévues en octobre.M. Ping, dont les apparitions publiques se font de plus en plus rares, ne s'est pas prononcé sur ces élections.Au pouvoir depuis 2009, Ali Bongo a succédé à son père, Omar Bongo, chef de l'Etat gabonais de 1967 à sa mort en 2009, et ancien pilier de la Françafrique.