JDA du Lundi 28 Novembre 2011

28 novembre 2011 à 12h41 par La rédaction

RD CONGO : 28 novembre 2011 : Elections cumulées et à un tour de la présidentielle et des législatives en République démocratique du Congo. A la mi-journée, notre correspondant à Kinshasa fait le point de cette journée cruciale !INTERVENTION :Alain KIUKA, journaliste, correspondant d'AFRICA N°1 à KinshasaPRINTEMPS ARABE : les Islamistes font une percée fulgurante en Libye, en Tunisie, au Maroc et très certainement en Egypte qui élit aujourd'hui son assemblée nationale. ISLAMISTES, pourquoi un tel succès ? Les Islamistes au pouvoir, qu'est-ce qui va changer au Maghreb ?POUR EN PARLER :HACEN OULD LEBATT, consultant, journaliste, spécialiste d'Al-Qaïda au MaghrebEn Libye, au moment de la libération, avec la proclamation de la Charia, en Tunisie hier, au Maroc aujourd'hui, en Egypte demain, les urnes semblent promises aux partis affirmant leur identité islamique. «Islamistes modérés», «musulmans conservateurs», partis «à référentiel islamique»... L'hésitation terminologique procède d'une confusion idéologique qui se déchaîne lorsqu'il est question d'islam et de politique. Décryptage des nouveaux contours de l'islam politique presque un an après les révolutions arabes. _ -En Libye, dès la 1ère déclaration du Président du CNT à la libération totale du pays, une affirmation aux allures de programme pensée et arrêtée : la nouvelle Libye sera islamiste et appliquera la Charia. Pourquoi cette orientation politique tendue vers les Islamistes ?_ -Première réunion de l'Assemblée constituante tunisienne dominée par le parti Ennahda, mardi 22 novembre. Elections législatives anticipées au Maroc, vendredi 25 novembre, dont le Parti de la justice et du développement, «à référentiel islamique», est censé sortir vainqueur. Triomphe annoncé des Frères musulmans dans les urnes égyptiennes à partir du lundi 28 novembre�?� Les Islamistes monopolisent-ils le Printemps arabe ?_ -Mais qui sont ces « Islamistes » qui montent au pouvoir dans le Maghreb ? Quand on évoque les islamistes, des craintes se font jour. Pourquoi a-t-on si peur des « Islamistes » ? Pourquoi cette confusion, quand on parle de l'Islam entre « religion », « politique » et « Etat » ? Faut-il s'en inquiéter ?_ -Existe-t-il des Islamistes « modérés » ? Qu'est-ce à dire, un « Islam modéré » ? Où se trouve la marge avec les « Islamistes radicaux » ?_ -A quel moment la définition de l'islam défendue par un mouvement politique dépasse-t-elle les critères flous de la «modération»�?�_ -Le débat sur la modération de l'Islam ne cache-t-il pas un autre qui est celui d'un calendrier caché des Islamistes, non seulement au Maghreb, mais plutôt dans tout le Moyen-Orient ?A quel moment la définition de l'islam défendue par un mouvement politique dépasse-t-elle les critères flous de la «modération»�?� Pour Romain Bertrand, historien spécialiste de l'Indonésie, «la distinction entre radicaux et modérés n'est pas opérante. Pour un islamiste indonésien, pas forcément violent, lui dire qu'il est �??modéré�?�, c'est comme lui dire qu'il n'est croyant qu'à demi. La différence se fait entre les mouvements islamiques légalistes et insurrectionnels. �??Radical�?� et�??modéré�?� sont des catégories idiotes, qui nous font considérer qu'on est dans le même continuum, alors qu'on est dans des mondes différents. Certains mouvements acceptent la loi et l'Etat, d'autres les refusent. Parmi les nationalistes corses, il y a peut-être des radicaux et des modérés, mais surtout des mouvements qui acceptent le cadre légal et d'autres qui le rejettent. »Plutôt que de chercher un label de «modération», le vrai critère serait de se demander, explique Stéphane Lacroix, professeur à Sciences-Po et spécialiste de l'Arabie saoudite et de l'Egypte, «si ces partis reconnaissent toute la légitimité du système démocratique et sont prêts à jouer le jeu politique sans avoir l'intention d'en changer les règles.Si l'expression «d'islam modéré» est donc insatisfaisante, celle«d'islamistes modérés» n'a aucun sens pour Dominique Avon, professeur d'histoire à l'Université du Maine et spécialisé dans l'étude comparée des religions. «C'est un oxymore. Le suffixe�??iste�?� désigne un extrémiste, si vous voulez dire �??parti islamiste�?�, vous le dites, sinon vous dites �??parti musulman modéré�?� ou�??islamo-modéré�?�.»