La Centrafrique meurtrie, les �?tats-Unis à son chevet

19 décembre 2013 à 11h06 par La rédaction

Bangui (AFP)

L'ambassadrice américaine à l'ONU Samantha Power effectuait jeudi une visite surprise en Centrafrique, un signal fort des �?tats-Unis pour aider le pays à mettre un terme aux violences inter-religieuses qui ont fait près d'un millier de morts depuis début décembre.

Arrivée dans la matinée à Bangui, Mme Power est la plus importante responsable américaine à se rendre en République centrafricaine, où l'administration US s'alarme depuis des semaines d'une situation "pré-génocidaire".

Elle est accompagnée de la plus haute diplomate au département d'�?tat pour l'Afrique, la secrétaire d'�?tat adjointe Linda Thomas-Greenfield.

Peu après leur arrivée, les deux femmes se sont rendues à l'hôpital "communautaire", principal établissement hospitalier de la capitale où sont soignées de nombreuses victimes de violences, blessées par balles ou à coups de machettes.

Mme Power doit rencontrer dans la journée le président centrafricain de transition et ex-chef rebelle de la Séléka Michel Djotodia, ainsi que de hauts dignitaires musulmans et chrétiens.

Ce déplacement en Centrafrique a une dimension très personnelle pour la diplomate américaine, longtemps journaliste et chercheuse, spécialiste de la question du génocide dans les conflits au 20e siècle, notamment en ex-Yougoslavie et au Rwanda.

 

�?loigner les Centrafricains "de l'abîme"

 

"Les populations (centrafricaines) sont en très grand danger et nous avons tous la responsabilité de les éloigner de l'abîme", avait-elle déclaré en préambule à son déplacement.

Après le déferlement de haines et de violences de ces deux dernières semaines, sa visite intervient alors que Bangui, patrouillée par les militaires français et la force africaine, connait une relative normalisation.La situation reste néanmoins fragile, de l'avis de tous.De vives tensions persistent dans certains quartiers, et dans la région de Bossangoa, l'un des épicentres des violences dans le nord-ouest du pays.

Depuis le 5 décembre, les massacres entre chrétiens et musulmans ont fait près d'un milliers de morts, selon un dernier bilan de l'organisation Amnesty international.

La plupart des victimes ont été tuées à Bangui dans des représailles de l'ex-rébellion Séléka, mais également en province dans les atrocités des milices d'autodéfense villageoises "anti-balaka" (anti-machettes), plus particulièrement à Bossangoa, selon Amnesty.

"De graves violations des droits humains continuent d'être commises dans le nord du pays ainsi qu'à Bangui", s'est alarmée une autre organisation de défense des droits de l'homme, Human Rights Watch (HRW), pour qui "le risque de nouvelles violences généralisées est extrêmement élevé".

La Centrafrique est plongée dans l'anarchie et le chaos depuis la prise du pouvoir en mars 2013 par la Séléka, une coalition hétéroclite de groupes armés musulmans venus du nord du pays.Les violences entre chrétiens et musulmans se sont déchainées le 5 décembre, avec une offensive des anti-balaka sur Bangui suivie des représailles sanglantes des Séléka, précipitant l'intervention militaire de la France qui tente depuis lors de désarmer les belligérants et opère en appui à une force africaine, la Misca.

 

De la Fomac à la Misca

 

Forte de 3.700 hommes, cette Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) devait prendre officiellement jeudi le relais de la Fomac déployée depuis 2008, à l'issue d'une prise d'arme organisée jeudi matin sur sa base jouxtant l'aéroport de Bangui.

Cette "cérémonie de transfert d'autorité" marque l'élargissement de la force africaine, jusqu'à présent composée de contingents des pays voisins (Cameroun, Congo, RDC, Gabon, Tchad, guinée équatoriale) à d'autres pays du continent, tel que le Burundi.A terme, la Misca devrait compter environ 6.000 hommes pour mener à bien, au côté de l'armée française, sa difficile mission de rétablir la sécurité dans le pays.

"Nous allons désarmer tout le monde(...)", a déclaré à l'AFP lors de la cérémonie le général congolais Jean-Marie Michel Mokoko, l'un des chefs de la Misca.

L'armée française, avec le soutien des troupes africaines, a lancé ce désarmement forcé des milices et groupes armés dès le 9 décembre à Bangui.Ces opérations se poursuivent depuis lors quotidiennement.Après avoir désarmé en priorité les ex-Séléka, les soldats français visent maintenant les milices "anti-balaka", très présentes dans certains quartiers chrétiens, et tente ainsi de réaffirmer son "impartialité".

A ce jour, ce sont environ 7.000 combattants de l'ex-Séléka qui ont été désarmés et sont cantonnés dans leurs casernes à Bangui, selon un haut-gradé de la Misca.

Selon Mme Power, les Etats-Unis sont "reconnaissants envers les Français et les courageux soldats africains qui risquent leurs vies pour aider à protéger des civils".

Washington fournit un soutien logistique à la Misca, avec le transport aérien en cours 850 soldats burundais vers la Centrafrique.Les Etats-Unis ont également promis 100 millions de dollars d'aide militaire à la Misca.