Législatives au Cap-Vert: le parti au pouvoir décroche une majorité absolue

Par AFP

AFRICA RADIO

Le parti de centre-droit au pouvoir depuis cinq ans au Cap-Vert a obtenu la majorité absolue à l'Assemblée nationale à l'issue des élections législatives organisées dimanche dans l'archipel ouest-africain, a indiqué lundi la commission électorale.

Le Mouvement pour la démocratie (MpD) du Premier ministre sortant, Ulisses Correia e Silva a décroché 37 sièges sur les 72 que compte le Parlement, selon de nouveau résultats de la Commission nationale des élections (CNE) portant sur 98,6% des bureaux de vote publiés dans l'après-midi.Ulisses Correia e Silva, 58 ans, avait revendiqué la victoire dès dimanche soir, alors que sa formation était créditée de 36 sièges.Le MpD comptait 40 députés dans l'assemblée sortante.Alors qu'il ne reste plus que deux sièges à pourvoir, il devance le Parti africain pour l'indépendance du Cap-Vert (PAICV, socialiste) de Janira Hopffer Almada, crédité de 29 sièges, comme en 2016.La candidate de l'ex-parti unique, ancienne ministre de 42 ans, perd ainsi son pari de ramener la formation historique de gauche au pouvoir et de devenir la première femme à diriger le gouvernement de l'ancienne colonie portugaise.Devant ses partisans, elle a reconnu sans attendre sa défaite et annoncé sa prochaine démission de la tête de son parti, dont elle était devenue la première femme à assumer la présidence en 2014.Loin derrière les deux grands partis, l'Union capverdienne indépendante et démocratique (Ucid, démocrate-chrétien) remporte 4 sièges. Trois autres petites formations n'obtiennent aucun député. Deux des 72 sièges, réservés à la diaspora, restaient à pourvoir lundi.Exception démocratique en Afrique, le Cap-Vert, archipel de 550.000 habitants en plein Atlantique, à environ 600 kilomètres au large du Sénégal, subit durement la pandémie du coronavirus.Le pays a enregistré en 2020 une récession historique de 14,8%, l'épidémie ayant mis à terre l'économie de cet archipel très dépendant du tourisme qui représente 25% de son PIB.Depuis les élections libres de 1991, le pays n'a enregistré aucun incident ni violences liés aux élections et à leurs résultats.Le Cap-Vert est doté d'un régime semi-parlementaire où le Premier ministre domine l'exécutif, le président (Jorge Carlos Fonseca, MpD) exerçant un rôle d'arbitre.