Maroc / Quai d'Orsay - Déclarations du porte-parole - 25 février 2014

Par La rédaction

AFRICA RADIO
PARIS, France, 25 février 2014/African Press Organization (APO)/ -- Quai d'Orsay - Déclarations du porte-parole - 25 février 2014



Q �?? Pour revenir sur l'affaire de l'ambassadeur de France à Washington, le Quai d'Orsay a démenti les propos qui lui sont prêtés, mais pas la rencontre. Est-ce qu'il y a eu rencontre entre l'ambassadeur et Javier Bardem ?


R �?? Non. J'ai déjà indiqué qu'il n'avait pas rencontré M. Bardem et n'avait, par conséquent, pas pu tenir les propos qui lui étaient prêtés.


Q �?? M. Bardem parle d'une rencontre en 2011.


R - Il n'y a pas eu de rencontre entre l'ambassadeur Delattre et M. Bardem - ce qui signifie que les propos qui sont prêtés à M. Delattre n'ont pas été tenus.


Q �?? Peut-on avoir un état des lieux des relations entre la France et le Maroc ?


R �?? Un entretien entre le chef de l'Etat et le roi du Maroc a eu lieu hier soir. A cette occasion, la Présidence de la République a rappelé que le partenariat entre le Maroc et la France est un partenariat d'exception. Le ministre des Affaires étrangères doit s'entretenir dans les prochaines minutes avec son homologue marocain. Nos relations sont fortes et étroites dans tous les domaines et ne cessent de se densifier.


Q �?? Est-ce que la coopération entre services en matière de renseignement va se poursuivre ?


R - La coopération entre nos deux pays en matière de lutte antiterroriste est essentielle. C'est l'un des socles de notre coopération bilatérale. Elle va naturellement se poursuivre et s'amplifier dans les prochains mois.


Q - Vous avez parlé d'un « incident regrettable » s'agissant de la volonté de la justice d'interpeller le directeur de la DST marocaine. Vous avez aussi souhaité que la lumière soit faite concernant cet incident. Est-ce qu'une enquête a été ouverte ? Et quelles en sont les conclusions ?


R �?? Nous respectons scrupuleusement la séparation des pouvoirs et il n'y a pas d'ingérence dans la procédure judiciaire. Cela étant, nous avons indiqué dès samedi qu'il s'agissait d'un incident regrettable et que nous apporterions toutes les clarifications nécessaires aux autorités marocaines. C'est ce que nous sommes en train de faire.