Dépêches AFP

Niger: trois policiers et un gendarme nigériens tués à la frontière algérienne

10 juin 2021 à 21h21 Par AFP
Trois policiers et un gendarme nigériens ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi dans une attaque de "bandits armés" contre une patrouille en plein désert, à la frontière avec l'Algérie, a appris l'AFP auprès de sources locales. "Trois policiers et un gendarme nigériens membres d'une patrouille ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi par des bandits près d'Assamaka" (nord-ouest), une ville nigérienne abritant un poste de contrôle près de la frontière avec l'Algérie, selon un élu local.Quatre membres des forces de sécurité sont morts dans "une embuscade non loin d'Assamaka", a écrit Aïr-Info, un journal en ligne de la région.Une source sécuritaire a ensuite confirmé cette attaque et assuré que l'armée nigérienne, omniprésente dans la zone, avait "engagé des poursuites contre les assaillants".Dans un communiqué lu jeudi soir à la télévision publique, le ministère nigérien de l'Intérieur a confirmé le bilan de quatre tués dont trois policiers et un gendarme lors de l'attaque menée "vers 06h30 locales (05h30 GMT) contre "une patrouille mixte" de sécurité."L'attaque a été repoussée par nos Forces de défense et de sécurité (FDS) qui ont réussi à détruire un véhicule des bandits armés", explique le communiqué."Des dispositions sécuritaires sont renforcées dans la zone et une enquête est ouverte pour retrouver et juger les auteurs de ces actes criminels", assure le texte. Les assaillants "étaient arrivés à bord de deux véhicules" et "ont mitraillé les positions des FDS", a expliqué sur une radio locale le préfet d'Arlit (nord), Nafana Nayeldou. "Un des véhicules (des assaillants) a été carbonisé (lors de la riposte des FDS) et le second a pu s'échapper", a-t-il dit.Les attaques contre les Forces de défense et de sécurité nigériennes sont peu courantes dans cette zone proche de l'Algérie, surtout connue comme un important corridor de trafiquants d'armes, de drogue et de passeurs de migrants illégaux.En 2017, deux policiers, un gendarme et un civil nigériens avaient été tués dans cette même zone dans une attaque de "bandits armés".L'attaque avait été menée par "quatre bandits armés de fusils d'assaut AK 47" qui avaient "emporté" un véhicule et une arme appartenant à la police, avaient indiqué les autorités locales.La même année, trois inspecteurs de la police nigérienne avaient été retrouvés morts dans le même secteur après que leur véhicule, en route pour Assamaka, s'était égaré, pris dans une tempête de sable. Huit policiers survivants avaient été retrouvés après "d'intenses recherches". C'est par Assamaka que l'Algérie a expulsé depuis 2014 des dizaines de milliers de migrants irréguliers, nigériens et originaires d'autres pays d'Afrique de l'Ouest, selon les Nations unies.