RDC: tollé après l'emprisonnement d'un élu local soupçonné d'offense au président Tshisekedi

Par AFP

AFRICA RADIO

Des voix se sont élevées mardi pour réclamer la libération d'un député provincial d'opposition, détenu depuis dimanche par la justice militaire de Bunia (nord-est de la République démocratique du Congo) qui le soupçonne d'outrage au président Félix Tshisekedi.

Élu de Bunia, chef-lieu de la province de l'Ituri, et membre de la coalition des partisans de l'ex-président Joseph Kabila, Jean-Bosco Assamba Angaika avait été convoqué par le service des renseignements de la police dimanche, puis détenu dans un cachot, selon son avocat Me Jean-Marie Ezadri. Soupçonné d'outrage au chef de l'État pour des propos tenus dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, il a été transféré lundi à la prison de Bunia après avoir été auditionné par le procureur militaire. En RDC, "la liberté d'expression est garantie par la Constitution, libérez le député Assamba. Cette arrestation n'honore pas ceux qui l'ont opérée. Ne faites pas du pays une jungle", a réagi sur Twitter le défenseur congolais des droits de l'Homme Jean-Claude Katende."Le député provincial Assamba de l'Ituri doit être libéré (...) le peuple n'acceptera jamais la confiscation de sa liberté. Non et Non", note Bienvenu Matumo, un leader du mouvement pro-démocratie Lutte pour le changement (Lucha).Depuis l'annonce de l'emprisonnement de M. Assamba, plusieurs internautes congolais ont repartagé et commenté la vidéo incriminée dans lequel ont voit le députer dire entre autres : "Le président de la République trompe beaucoup", "Tout ce qu'il promet, il ne le fait pas"."Il n'y a rien d'outrageant dans les dires du député JB Assamba ! Ceux qui l'ont incarcéré n'ont aucune raison pour soutenir leur bourde. Libérez-le !", a noté Nicolas Mbiya, un autre activiste pro-démocratie.Son emprisonnement est "une énième atteinte flagrante à la liberté d'opinion et d'expression (...) Il s'agit ici d'un représentant du peuple, de surcroît. J.B. Assamba doit être libéré immédiatement et sans condition. Dire que Tshisekedi ment n'est pas un crime!", écrit Jean-Mobert Senga, un autre défenseur des droits de l'homme.D'autres internautes ont salué le "courage" et la "bravoure" de l'élu."Allez-vous faire de tous ceux qui pensent comme lui des prisonniers d'opinion? Libérez-le !", a noté Jackson Mukunda, un militant de l'Union pour la nation congolaise (UNC), un parti allié au président Tshisekedi.Ancien opposant, M. Tshisekedi a succédé à Joseph Kabila (2001-2019) après la présidentielle controversée de décembre 2018.