Somalie: Kouchner dénonce un "attentat immonde", demande à l'ONU un "effort"

23 septembre 2010 à 20h39 par La rédaction

NEW YORK (AFP)

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a condamné jeudi un nouvel "attentat immonde" des insurgés islamistes à Mogadiscio, demandant aux agences de l'ONU de "faire un effort" avant une réunion aux Nations-unies sur la Somalie.

Les shebab ont lancé jeudi une nouvelle attaque à Mogadiscio contre les forces gouvernementales et la force de paix de l'Union africaine (Amisom), au cours de laquelle au moins 19 civils ont été tués, ont indiqué des sources médicales et des témoins.

"Il y a encore un attentat immonde avec des femmes et des enfants qui ont été tués dans Mogadiscio, et nous attendons que se manifeste avec plus de fermeté la communauté internationale", a dit à l'AFP le ministre français, avant de prendre part à un mini-sommet sur la Somalie à l'occasion de l'Assemblée générale.

"Nous soutenons le gouvernement légal (de transition, TFG), mais il faut que cela se traduise par quelques victoires sur le terrain.On ne peut pas simplement défendre deux quartiers de Mogadiscio, ce que les forces des Nations-unies font d'ailleurs très bien", a-t-il observé.

"Il va falloir que se manifestent d'autres forces populaires pour soutenir ce gouvernement", a estimé le ministre.

"Nous allons dire (à la réunion) qu'au moins les agences des Nations-unies doivent faire un effort", a-t-il ajouté.

M. Kouchner a observé que "la France a entraîné 2.000 soldats" somaliens censés renforcer le pouvoir légal face aux insurgés."Mais où sont ces soldats.Je voudrais bien savoir à quoi ils servent et à qui ils obéissent?", a-t-il dit.

Cette nouvelle attaque shebab intervient après une violente offensive lancée le 23 août par les insurgés dans la capitale et qui a duré près d'une dizaine de jours.Les forces du TFG avaient alors abandonné plus d'une dizaine de leurs positions avancées sur les lignes de front, forçant l'Amisom à intervenir pour les remplacer.