Soudan: le Parlement approuve "l'option militaire" au Nil Bleu

Par La rédaction

KHARTOUM (AFP) - (AFP)

Le Parlement soudanais a approuvé lundi "l'option militaire" au Nil bleu (sud-est), théâtre d'affrontements entre l'armée soudanaise et des proches des ex-rebelles sudistes, a annoncé lundi le président de la commission parlementaire chargée des situations d'urgence.

"Le Parlement approuve l'option militaire pour combattre la rébellion dans l'Etat du Nil Bleu et ordonne aux autorités concernées d'aller de l'avant dans l'application de cette décision, sans tenir compte des négociations", a déclaré Ismail al Haj Moussa.

"Nous rejetons toute ingérence étrangère et toute pression d'où qu'elle vienne.Nous sommes décidés à aller de l'avant pour défendre la souveraineté du Soudan", a-t-il ajouté lors d'une session spéciale du Parlement.

Les autorités soudanaises ont déclaré le 2 septembre l'état d'urgence au Nil Bleu et remplacé le gouverneur élu Malik Agar, chef de la branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM, ex-rebelles sudistes), par un gouverneur militaire, le général Yahia Mohammed Kheir.

Les Nations unies ont affirmé mercredi que Khartoum avait empêché des agences d'aide onusiennes et internationales d'entrer au Nil Bleu et dans les régions voisine pour évaluer la situation humanitaire des quelque 50.000 personnes qui ont dû fuire les combats déclenchés au soir du 31 août.

La crise au Nil Bleu s'ajoute à celle du Kordofan-Sud, où l'ONU a signalé de possibles crimes contre l'humanité dans les combats qui font rage depuis trois mois.

Les deux Etats sont limitrophes du Soudan du Sud, indépendant depuis le 9 juillet après des décennies d'un conflit meurtrier avec Khartoum qui a parfois débordé sur leur territoire, une partie de leur population soutenant les Sudistes.

L'envoyé américain au Soudan, Princeton Lyman, a récemment déclaré à Khartoum que les conflits au Nil Bleu et au Kordofan-Sud étaient des obstacles à l'amélioration des relations bilatérales."Nous voulons toujours progresser sur la voie de la normalisation" des relations entre les Etats-Unis et le Soudan, a-t-il assuré à la presse.

"Mais clairement, quand vous avez une situation comme celle du Kordofan-Sud et du Nil Bleu, cela crée un obstacle", a-t-il dit, ajoutant que le conflit avait engendré de "graves problèmes", notamment des violations des droits de l'Homme et une crise humanitaire.