Tanzanie: la représentante de l'OMS tenue de s'expliquer au sujet d'Ebola

Par AFP

AFRICA RADIO

Le gouvernement tanzanien a convoqué mardi la représentante de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le pays pour lui demander des explications au sujet d'un récent communiqué s'inquiétant de la rétention d'informations sur de possibles cas d'Ebola en Tanzanie.

Dans un communiqué publié samedi, l'OMS avait déploré le manque d'informations des autorités tanzaniennes sur de possibles cas de contamination au virus Ebola, synonyme pour l'organisation des Nations unies de "défi pour évaluer le risque posé".Le porte-parole du gouvernement tanzanien, Hassan Abbas, a indiqué sur Twitter que la représentante de l'OMS, Tigest Ketsela Mengestu, avait été convoquée mardi pour discuter avec le ministre adjoint des Affaires étrangères, Damas Ndumbaro."Le gouvernement a convoqué la représentante de l'OMS pour obtenir plus de détails sur son communiqué qui a été diffusé par les médias. La représentante a insisté sur le fait que l'OMS n'avait ni fait état, ni reçu la preuve de cas d'Ebola en Tanzanie", a écrit le porte-parole dans un message accompagné de photos et d'une vidéo de la rencontre.Dans cette vidéo, Tigest Ketsela Mengestu "remercie" son hôte de lui donner l'opportunité de s'expliquer. "L'OMS n'a pas dit qu'il y avait (des cas de contamination à) l'Ebola. Je souhaiterais souligner que nous n'avons pas dit ça".Dans son communiqué de samedi, l'OMS indiquait ne pas avoir de confirmation de contamination à l'Ebola en Tanzanie, tout en s'interrogeant sur les causes du décès d'une personne présentant des symptômes compatibles avec cette fièvre hémorragique et du fait que certains de ses proches seraient à leur tour tombés malades."Malgré plusieurs demandes, l'OMS n'a reçu des autorités tanzaniennes aucun autre détail sur ces cas", regrettait l'organisation. Le 14 septembre, les autorités tanzaniennes avaient officiellement assuré qu'il n'y avait pas d'Ebola dans le pays, tout en refusant un "test de confirmation secondaire" dans un centre de l'OMS. Puis, jeudi 19, l'OMS avait été informée qu'un contact du patient était malade et hospitalisé. Les pays d'Afrique de l'Est sont en état d'alerte à la suite de l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo, voisine de la Tanzanie, qui a fait plus de 2.100 morts en un peu plus d'un an.str-fb/fal/cyb/jpc