Tchad : manifestations dispersées par la police, des militants interpellés

Par AFP

AFRICA RADIO

La police tchadienne a interpellé 17 manifestants et dispersé samedi à N'Djamena des manifestations sporadiques de la société civile et de l'opposition qui réclament l'alternance politique pour la présidentielle d'avril, après plus de 30 ans de pouvoir aux mains d'Idriss Déby Itno, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Les 17 manifestants arrêtés lors de rassemblements ont été libérés. Leur libération m'a également été confirmée par leur avocat", a affirmé à l'AFP Paul Manga, porte-parole de la police. Les manifestations, interdites par le gouvernement car susceptibles de "provoquer des troubles à l'ordre public", ont rassemblé peu de monde dans les rues de la capitale N'Djamena en raison d'un important dispositif policier.Pendant ce temps, le président tchadien Idriss Déby a effectué une visite d'amitié et de travail à Abuja, la capitale du Nigeria, tandis que plusieurs candidats dont l'ancien Premier ministre Pahimi Padacke Albert et Ludie Beassemda, la première femme à se présenter à la présidentielle, ont participé à des meetings en province.M. Kebzabo, un opposant "historique" à M. Déby, qui a retiré sa candidature à la présidentielle du 11 avril en dénonçant un "climat d'insécurité", n'a pas pris part aux manifestations, tout comme le jeune opposant Succès Masra, à l'initiative de nouvelles marches chaque samedi.Le pouvoir est accusé, en particulier ces derniers mois, de réprimer toute opposition en interdisant les rassemblements de partis ou de mouvements de la société civile qui réclament "une alternance au pouvoir".Le 28 février, une tentative d'arrestation par des militaires et des policiers de l'opposant et candidat Yaya Dillo Djerou s'était soldée par la mort de trois personnes, sa mère et deux soldats, selon un bilan officiel. M. Djerou a pris la fuite et la Cour suprême a invalidé sa candidature quelques jours plus tard.Les rivaux les plus farouches de M. Déby ayant vu leur candidature invalidée ou s'étant retirés de la course, ce seront donc cinq candidats, sur les 16 qui avaient annoncé leur participation initiale, qui affronteront le maréchal le 11 avril. Ces cinq candidats sont Félix Nialbé Romadoumngar, Albert Pahimi Padacké, Théophile Yombombe Madjitoloum, Baltazar Aladoum Djarma et Lydie Beassemda.