Niger: deux policiers tués dans une attaque près du Burkina (ministère Défense)

AFRICA RADIO

25 octobre 2022 à 22h21 par AFP

Deux policiers nigériens ont été tués lors d'une attaque "terroriste" contre un poste de police à Tamou (ouest), une ville proche du Burkina Faso, tandis que sept assaillants ont été abattus dans la riposte de l'armée, a annoncé mardi le ministère de la Défense.

Les deux policiers ont été tués "suite à une attaque terroriste perpétrée lundi 24 octobre 2022" contre le poste de police à Tamou, chef-lieu d'une commune du sud-ouest du Niger située dans la région de Tillabéri, frontalière du Burkina Faso, précise le communiqué. "Du matériel militaire" a été emporté par les assaillants lors de l'attaque, poursuit le texte. Une première attaque avait déjà visé samedi un poste de contrôle mixte, de police et d'agents des Eaux et Forêts dans la même ville de Tamou, relève le communiqué, sans faire de victime selon une source locale jointe par l'AFP. Les opérations de râtissage, notamment aériennes, de l'armée dans la zone ont tué sept assaillants et en ont blessé 24 autres, selon le texte. La zone de Tamou est riveraine du parc du W - à cheval sur les frontières Niger-Burkina-Bénin - une zone touristique, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1996 mais considérée comme une zone à haut risque et déconseillée par les chancelleries occidentales. Samedi dernier, au moins onze civils ont été tués dans l'ouest du Niger lors de plusieurs attaques de jihadistes présumés à Banibangou, une autre commune de la région de Tillabéri, près du Mali cette fois. Cette immense et instable région est située dans la zone "des trois frontières" aux confins du Niger, du Burkina Faso et du Mali. Elle est le théâtre depuis 2017 d'actions sanglantes de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique (EI). Les autorités y ont lancé plusieurs vastes opérations vers la frontière malienne pour lutter contre les jihadistes avec l'appui récent, dans le cadre d'un "partenariat de combat", de 250 soldats français. Le Niger est confronté à la violence terroriste sur plusieurs pans de son territoire. Dans le sud-est, près du Nigeria et du lac Tchad, les jihadistes de Boko Haram et de sa branche dissidente Iswap (Etat islamique en Afrique de l'ouest) commettent régulièrement des attaques contre des civils et des rapts contre rançons. Enfin, la zone frontalière entre le nord du Bénin et le sud du Niger, jusqu'ici épargnée, est à son tour confrontée depuis quelques mois à la menace jihadiste.