Burkina: au moins 9 gendarmes tués lors d'une attaque dans le nord (sources sécuritaires)

Par AFP

AFRICA RADIO

Au moins neuf gendarmes ont été tués dimanche à Foubé, dans le nord du Burkina Faso, lors d'une attaque attribuée à des jihadistes, a-t-on appris lundi de sources sécuritaires.

"Hier (dimanche) soir, des individus armés non identifiés ont perpétré une attaque meurtrière contre le détachement de gendarmerie de Foubé" dans la région du Centre-nord, a indiqué à l'AFP une source sécuritaire. "Le bilan provisoire est de neuf décédés", a-t-elle ajouté en précisant que "de nombreux éléments sont toujours portés disparus". "Une dizaine de rescapés ont été retrouvés ce matin", a affirmé cette source. Une autre source sécuritaire a confirmé l'"attaque contre des gendarmes", précisant que "les recherches sont toujours en cours pour consolider le bilan qui sera communiqué ultérieurement". Cette nouvelle attaque contre un détachement de gendarmerie est intervenue une semaine après celle d'Inata, également dans le nord, au cours de laquelle au moins 53 personnes - dont 49 gendarmes - ont été tuées. Cette attaque à Inata est la plus meurtrière contre les forces de défense et de sécurité depuis que le Burkina Faso est confronté aux actions jihadistes qui ont fait environ 2.000 morts et 1,4 million de déplacés. Pays pauvre d'Afrique de l'ouest, le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences croissantes attribuées à des groupes armés jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et à l'État islamique. Les attaques, de plus en plus fréquentes, sont en grande majorité concentrées dans le nord et l'est du Burkina Faso. Les forces de l'ordre, qui paient un lourd tribut avec officiellement quelque 500 soldats tués en six ans, semblent incapables d'enrayer les violences jihadistes, ce qui entraîne des manifestations de colère d'habitants excédés dans de nombreuses villes du pays.

Voir aussi