Conflit en Ethiopie: Washington sanctionne l'armée et le pouvoir érythréens

Par AFP

AFRICA RADIO

Les Etats-Unis ont imposé vendredi des sanctions contre le parti au pouvoir en Erythrée et l'armée érythréenne, accusés de menacer l'intégrité de l'Ethiopie en alimentant le conflit meurtrier dans le nord du pays.

"Nous condamnons le rôle que continuent à jouer les acteurs érythréens qui contribuent à la violence dans le nord de l'Ethiopie, ce qui menace la stabilité et l'intégrité de ce pays et provoque une catastrophe humanitaire", a indiqué dans un communiqué Andrea Gacki, principale responsable des sanctions au sein du Trésor américain. Les sanctions visent l'armée érythréenne (EDF), accusée de nombreuses exactions dont des pillages, des viols et meurtres de civils, et d'avoir bloqué l'accès de l'aide humanitaire au Tigré, ravagé depuis un an par un conflit sanglant. "Les soldats de l'EDF ont été vus en train de porter de vieux uniformes militaires éthiopiens, opérer des points de contrôle, faire obstacle et occuper des voies d'accès à l'aide, et menacer du personnel médical dans l'un des rare hôpitaux encore opérationnel", selon le communiqué. Le Front populaire pour la démocratie et la justice (PFDJ), seul parti autorisé en Erythrée, est dirigé par le président Issaias Afeworki, qui donne "des ordres directs aux généraux de l'EDF, ce qui le rend finalement responsable du rôle de l'EDF" au Tigré, explique encore le Trésor américain. Les autres responsables visés sont Abraha Kassa Nemariam, à la tête du Bureau de la sécurité nationale de l'Erythrée, et Hagos Ghebrehiwet Kidan, conseiller économique du PFDJ. Les sanctions visent également la holding Hidri Trust, qui contrôle toutes les sociétés affiliées au PFDJ, et la société Red Sea Trading Corporation (RSTC), dirigée par M. Ghebrehiwet et qui gère les intérêts financiers du parti unique. Le président américain Joe Biden avait signé en septembre un décret autorisant des sanctions contre les protagonistes du sanglant conflit au Tigré s'ils ne s'engageaient pas vers une solution négociée. Il visait le gouvernement éthiopien, le gouvernement érythréen, le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) au pouvoir dans cette région et le gouvernement de la région éthiopienne voisine de l'Amhara. Les Etats-Unis avaient déjà annoncé fin août des sanctions contre un haut responsable militaire érythréen pour des exactions. Le nord de l'Ethiopie est ravagé par de violents combats depuis que le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l'armée au Tigré, pour destituer les autorités régionales issues du TPLF. Le régime érythréen a soutenu militairement Addis Abeba en envoyant des troupes dans cette région qui borde sa frontière sud. Ce conflit a fait des milliers de morts et placé des centaines de milliers d'habitants dans des conditions proches de la famine, selon l'ONU. Début novembre, une enquête du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a conclu à de possibles crimes contre l'humanité commis par toutes les parties.