Forum Investir en Afrique 2024

Est du Burkina: cinq personnes, dont deux soldats, tuées lors d'une attaque jihadiste

Cinq personnes, dont deux soldats, ont été tuées jeudi lors d'une attaque perpétrée par des jihadistes présumés dans l'est du Burkina Faso, a appris vendredi l'AFP de sources sécuritaire et locales.

AFRICA RADIO

17 février 2023 à 10h36 par AFP

Jeudi, "plus d'une centaine d'hommes armés ont attaqué la localité de Partiaga, dans la province de la Tapoa (est). Malheureusement, cinq personnes, trois civils et deux soldats, sont tombées", a indiqué une source sécuritaire. Selon cette même source, "plus d'une quinzaine de terroristes ont été neutralisés" par des soldats et des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP, supplétifs civils de l'armée). Un habitant de Partiaga a également évoqué un bilan de "cinq morts au cours de l'attaque". "Dans leur fuite après la riposte de l'armée, les terroristes ont incendié des greniers (à denrées) et des maisons", a indiqué cet habitant s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. Jeudi matin, des membres de la société civile et d'autres organisations socioprofessionnelles et religieuses de la province de la Tapoa, réunies à Diapaga, son chef-lieu, ont dans une déclaration lue devant la presse locale, appelé les autorités à "agir pour desserrer l'étau des groupes armés terroristes" sur les communes de la province pour "éviter le pire". "Les dernières semaines n'ont pas été du tout faciles pour nous. Plus d'une cinquantaine de personnes ont été tuées par des personnes que nous n'avons pas encore identifiées et qui continuent de nous faire craindre le pire", a déploré leur porte-parole, Kondjoa Pierre Yonli. Selon lui, l'administration n'opère plus que dans deux villes de la province, Diapaga et Kantchari. "Toutes les autres communes sont sous influence de terroristes qui dictent leurs lois aux pauvres populations contraintes de se soumettre à la volonté des nouveaux hommes forts du moment", a-t-il indiqué. Les raids meurtriers attribués à des jihadistes se multiplient ces dernières semaines au Burkina. Une soixantaine de personnes sont mortes la semaine dernière et une cinquantaine la semaine précédente, selon un décompte de l'AFP. Le Burkina Faso, théâtre de deux coups d'Etat militaires en 2022, est pris depuis 2015 dans une spirale de violences jihadistes apparues au Mali et au Niger quelques années auparavant et qui s'est étendue au-delà de leurs frontières. Les violences ont fait plus de 10.000 morts - civils et militaires - selon des ONG, et quelque deux millions de déplacés.