Ethiopie: réunion spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU à la demande de l'UE

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Conseil des droits de l'homme (CDH) de l'ONU tiendra vendredi une réunion extraordinaire sur la situation en Ethiopie, pays en guerre depuis plus d'un an, à la demande de l'Union européenne, a-t-on appris lundi auprès de la mission de l'UE.

L'UE - avec le soutien de plus de 50 pays - a soumis lundi une lettre au président du CDH lui demandant d'organiser une session extraordinaire sur "la grave situation des droits humains en Ethiopie", au moment où le gouvernement éthiopien mène une "contre-offensive" pour reprendre du terrain aux rebelles qu'il combat dans le nord du pays. "A la lumière de l'aggravation de la situation, nous pensons que la communauté internationale a l'obligation morale d'essayer de prévenir de nouvelles atrocités et de garantir (...) la justice pour les victimes et les survivants", a affirmé l'ambassadrice de l'UE auprès de l'ONU, Lotte Knudsen. "Le Conseil des droits de l'homme doit être à la hauteur de ses responsabilités", a-t-elle ajouté dans une déclaration écrite. Le Conseil organise trois sessions ordinaires par an, mais si un tiers des 47 Etats membres en fait la demande, il peut décider à tout moment de tenir une session extraordinaire. La guerre en Ethiopie a éclaté en novembre 2020 après que le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l'armée dans la région septentrionale du Tigré afin d'en destituer les autorités locales, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), qui défiaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires. Abiy Ahmed avait proclamé la victoire trois semaines plus tard, après la prise de la capitale régionale Mekele. Mais en juin, le TPLF a repris l'essentiel du Tigré, puis avancé dans les régions voisines de l'Afar et de l'Amhara. Le 25 novembre, Abiy Ahmed a annoncé se rendre en personne au front pour mener la "contre-offensive". Depuis, le gouvernement a annoncé avoir repris du terrain. Selon la Haute-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, le conflit au Tigré est marqué par une "brutalité extrême". Dans une enquête conjointe avec la Commission éthiopienne des droits de l'homme, créée par le gouvernement éthiopien, elle a conclu début novembre à de possibles crimes contre l'humanité commis par toutes les parties. La mission de l'UE auprès de l'ONU a souligné lundi qu'"un an après le début du conflit, des rapports faisant état de graves violations et atteintes aux droits humains continuent d'émerger". Conformément aux règles établies par le Conseil, la liste des Etats appuyant la tenue des sessions extraordinaires reste ouverte à signature jusqu'à la tenue de la réunion. Le Conseil des droits de l'homme se réunit rarement en sessions extraordinaires mais celles-ci aboutissent en général à l'adoption d'une résolution, comme il l'avait fait le 5 novembre concernant le Soudan.