Forum Investir en Afrique 2024

Ethiopie: un nouveau convoi d'aide en route vers le Tigré, selon le PAM

Un nouveau convoi d'aide humanitaire, composé de 50 camions, faisait route jeudi vers Mekele, capitale de la région éthiopienne en conflit du Tigré, menacée de famine, a annoncé le Programme alimentaire mondial (PAM).

AFRICA RADIO

14 avril 2022 à 17h36 par AFP

Interrompus depuis la mi-décembre, les convois routiers d'aide vers le Tigré ont repris le 1er avril, via la région voisine de l'Afar, à la faveur de l'annonce fin mars d'une "trêve" entre gouvernement fédéral éthiopien et rebelles du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Le premier convoi routier en trois mois, acheminé par le PAM et fort d'une vingtaine de camions, était arrivé à Mekele le 1er avril avec 500 tonnes d'aide alimentaire, rejoint le lendemain par des véhicules du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), transportant aide médicale, nourriture et matériel de traitement de l'eau. "Un autre convoi emmené par le PAM est en chemin vers Mekele", a écrit jeudi le PAM sur Twitter, "47 camions chargés de nourriture, de denrées nutritionnelles et de fournitures vitales, plus trois camions-citernes de carburant - essentiels pour livrer tout cela aux communautés". Le convoi compte des camions du PAM, de l'Unicef, de la JEOP (Joint Emergency Operation) - un consortium d'ONG - et d'autres organisations, a précisé une source humanitaire à l'AFP. Parallèlement, un autre convoi de dix véhicules du CICR est également en route vers le Tigré, a ajouté cette source. Aucune aide n'a été acheminée au Tigré par la route entre la mi-décembre et le 1er avril en raison de combats et de l'insécurité dans l'Afar, dont une partie est occupée par le TPLF. Seuls des produits médicaux et de nutrition sont arrivés par les airs durant cette période, en bien plus faible quantité que ce qu'autorisent les convois routiers. Le conflit au Tigré - dont le bilan est inconnu - a commencé quand le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed y a envoyé l'armée fédérale destituer les autorités du TPLF, parti qui administrait la région après avoir dirigé l'Ethiopie durant près de 30 ans. Prix Nobel de la paix 2019, M. Abiy accusait le TPLF, qui contestait son autorité depuis des mois, d'avoir attaqué des bases de l'armée fédérale au Tigré.