Le Maroc envisage de renouer des relations "normales" avec l'Allemagne

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Maroc envisage de renouer les relations diplomatiques de facto gelées depuis mars avec l'Allemagne, à la suite de déclarations "positives" de la part du nouveau gouvernement allemand, a indiqué mercredi son ministère des Affaires étrangères.

Le Maroc "apprécie les annonces positives et les positions constructives faites récemment par le nouveau gouvernement fédéral d'Allemagne", a fait savoir le ministère dans un communiqué. "Ces annonces permettent d'envisager une relance de la coopération bilatérale et le retour à la normale du travail des représentations diplomatiques des deux pays à Rabat et à Berlin", explique-t-il. Rabat a suspendu tous ses contacts avec l'ambassade d'Allemagne au Maroc le 1er mars en raison de "malentendus profonds" avec Berlin. Le 6 mai, l'ambassadrice du Maroc a été rappelée pour consultation, Berlin étant notamment accusé d'"actes hostiles", et le poste d'ambassadeur d'Allemagne à Rabat est actuellement vacant. Parmi les points de friction, figurent la position de l'Allemagne sur le Sahara occidental, critiquant la décision américaine de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le territoire disputé, mais aussi la mise à l'écart de Rabat dans des négociations sur l'avenir de la Libye lors d'une conférence organisée à Berlin en janvier 2020. Dans une déclaration en date du 13 décembre, le ministère allemand des Affaires étrangères a qualifié le Maroc de "lien important entre le Nord et le Sud à la fois politiquement, culturellement et économiquement" et de "partenaire clé" de l'Union européenne et de l'Allemagne en Afrique du Nord. Le ministère soulignait en outre que le Maroc "joue un rôle important dans la stabilité et le développement durable de la région. Cela est évident notamment dans son engagement diplomatique envers le processus de paix libyen". Enfin et surtout, il qualifiait de "contribution importante" à un règlement du conflit du Sahara occidental le plan d'autonomie proposé par Rabat, qui considère la "marocanité" du territoire comme sa "première cause nationale". Opposés au Maroc, les indépendantistes sahraouis du Front Polisario réclament, eux, un référendum d'autodétermination. Selon un communiqué posté le 7 décembre sur la page Facebook de l'ambassade allemande à Rabat, "l'Allemagne est prête pour un partenariat tourné vers l'avenir, et le gouvernement fédéral salue sans équivoque la normalisation des relations entre le Maroc et Israël". Le Maroc "espère que les actes se joindront aux déclarations pour (...) marquer un nouveau départ de la relation sur la base de la clarté et du respect mutuel", conclut mercredi le communiqué de Rabat. Berlin a toutefois réaffirmé le 15 décembre que sa position sur le statut du Sahara occidental n'avait pas changé depuis des décennies. "La clarification du statut du Sahara occidental est un processus qui doit se dérouler sous la direction des Nations unies (...) et, à cet égard, il n'y a eu aucun changement dans la position de l'Allemagne ni dans sa conception du droit international", avait rappelé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères allemand. L'Allemagne est l'un des principaux partenaires économiques et commerciaux du royaume chérifien. En 2019, elle a importé du Maroc pour 1,4 milliard d'euros de marchandises, et exporté pour 2,2 milliards d'euros, selon des chiffres officiels allemands. L'Allemagne est aussi l'un des principaux donateurs bilatéraux avec un engagement total de près de 1,2 milliard d'euros en 2020. Près de 300 sociétés allemandes sont représentées au Maroc, principalement dans les pôles économiques de Casablanca et Tanger. Si les relations avec l'Allemagne pourraient s'orienter vers une réconciliation, celles du Maroc avec l'Espagne restent conflictuelles. Le choix délibéré du Maroc de rapatrier une partie de ses ressortissants bloqués en Europe à cause du Covid-19 via le Portugal plutôt que par l'Espagne a déclenché mardi une nouvelle passe d'armes diplomatique entre Rabat et Madrid.