Libye/pétrole: arrêt des opérations dans un important terminal, sites fermés

La Compagnie nationale de pétrole en Libye (NOC) a annoncé lundi l'arrêt des opérations sur le terminal pétrolier de Zouetina, l'un des plus importants du pays, après la fermeture de plusieurs sites liée à des protestations sociales et des rivalités politiques.

AFRICA RADIO

18 avril 2022 à 14h21 par AFP

Dans un communiqué, la NOC a regretté "le début d'une douloureuse vague de fermetures" d'installations pétrolières, "alors que les prix du pétrole et du gaz flambent" sur les marchés internationaux. Après la "fermeture forcée" dimanche du champ d'al-Fil (sud), les employés travaillant dans les installations à Zouetina (est), Mellitah (nord-ouest), al-Sarrir (est) et Al Khaleej (est) ont été "contraints à arrêter complètement et progressivement la production", selon la compagnie. La production "sur les champs d'Abou Al-Tifl (est), al-Intissar (est), al-Nakhla (est)" a également cessé dimanche de même que la production de gaz des usines affiliées à ces sites et au port de Zouetina, où "un groupe d'individus est entré de force pour contraindre les employés à cesser les opérations", a précisé la NOC. Dans un tel contexte, la NOC "se voit contrainte de déclarer l'état de force majeure sur le port pétrolier de Zouetina" ainsi que sur tous les champs et usines associés à ce port "jusqu'à nouvel ordre", a déclaré le patron de la NOC, Mustafa Sanalla, cité dans le communiqué. L'"état de force majeure" permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole. La fermeture de Zouetina, l'un des quatre terminaux pétroliers de la région dite du "Croissant pétrolier" (est), va priver la Libye de l'exportation de près d'un quart de sa production. Déchirée par des luttes de pouvoir entre l'Est et l'Ouest depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye, qui dispose des réserves les plus abondantes d'Afrique, se retrouve aujourd'hui avec deux exécutifs rivaux. En février, le Parlement siégeant dans l'est du pays a désigné Fathi Bachagha comme nouveau chef de gouvernement. Mais celui-ci n'a toujours pas réussi à évincer l'exécutif en place à Tripoli dirigé par Abdelhamid Dbeibah. Considérés comme proches du camp de l'Est, les groupes qui bloquent les sites pétroliers réclament "une répartition équitable" des revenus et le transfert du pouvoir exécutif à M. Bachagha. La NOC a maintes fois souligné l'importance de préserver "la neutralité" du secteur pétrolier et de le maintenir à l'écart "des conflits politiques", a rappelé M. Sanalla dans le communiqué.