Maroc: manifestation contre l'ambassadeur d'Israël soupçonné d'inconduites

AFRICA RADIO

9 septembre 2022 à 19h36 par AFP

Une centaine de manifestants pro-palestiniens ont dénoncé vendredi à Rabat la normalisation avec Israël après le rappel du diplomate en chef israélien au Maroc, David Govrin, soupçonné selon la presse israélienne d'inconduites sexuelles, a constaté l'AFP.

La petite foule a chanté des slogans contre le rapprochement entre le royaume chérifien et l'Etat hébreu, fustigeant M. Govrin, l'ambassadeur d'Israël au Maroc, et le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita. "Aujourd'hui nous sommes devant le Parlement pour protester contre les actes hideux commis par le responsable du bureau de liaison israélien au Maroc (David Govrin)", a déclaré à l'AFP Amine Abdelhamid, militant du Front marocain pour la Palestine et contre la normalisation. "La dignité du Maroc n'est pas à vendre, la normalisation doit cesser", a plaidé l'activiste. Le rassemblement en face du Parlement, dans le centre de la capitale, s'est déroulé dans le calme, surveillé par un dispositif policier très discret, selon des journalistes de l'AFP. Un drapeau israélien a été brûlé à la fin de la manifestation. Lundi, la chaîne publique israélienne Kan avait rapporté qu'une délégation du ministère des Affaires étrangères s'était rendue à Rabat afin d'enquêter sur des allégations d'abus sexuels concernant M. Govrin, un diplomate expérimenté de 59 ans. Selon la presse israélienne, les allégations concernent l'exploitation de femmes locales, harcèlement sexuel et atteinte à la pudeur. L'enquête s'intéresse également à une série présumée de malversations et notamment à la disparition d'un cadeau envoyé par le roi du Maroc à l'occasion de la fête de l'indépendance d'Israël et qui n'aurait pas été remis au gouvernement comme le veut l'usage. M. Govrin se trouve actuellement en Israël et est impliqué dans une enquête en cours, selon une source diplomatique à Jérusalem. Les autorités marocaines se sont gardées de tout commentaire. Après les Emirats arabes unis, le Bahreïn et le Soudan, le Maroc a normalisé ses relations avec Israël en décembre 2020 sous l'impulsion des Etats-Unis, en contrepartie d'une reconnaissance américaine de sa "souveraineté" sur le territoire disputé du Sahara occidental. Mais l'affaire tombe au plus mal, au moment où cette normalisation s'accompagne d'un flux de plus en plus régulier d'échanges et de visites tous azimuts entre les deux pays. Ainsi, le numéro deux des Forces armées marocaines (FAR), le général Belkhir El Farouk, est attendu la semaine prochaine à Tel Aviv pour une conférence militaire internationale.