Après une présidentielle tendue, le Kenya toujours plongé dans l'instabilité

Par La rédaction

Nairobi (AFP)

Le Kenya paraissait vendredi encore plus divisé que ces dernières semaines, au lendemain d'une présidentielle boycottée par l'opposition et endeuillée par la mort de plusieurs de ses partisans, des tensions qui ont entraîné le report du vote dans l'ouest du pays et largement entamé la crédibilité du scrutin.

Les opérations de compilation des résultats, entamées jeudi soir, se poursuivaient vendredi.Mais le résultat ne fait pas de doutes: le sortant Uhuru Kenyatta -de l'ethnie majoritaire kikuyu- est assuré de l'emporter, son rival historique, l'opposant Raila Odinga (un Luo), ayant décidé de ne pas participer à ce qu'il a qualifié de "mascarade" électorale.

Pays dynamique et première économie commerciale en Afrique de l'Est, le Kenya est plongé dans sa pire crise politique depuis 10 ans, depuis que la justice a annulé pour "irrégularités" -une première en Afrique- la présidentielle du 8 août, qui avait vu la réélection de M. Kenyatta face à Raila Odinga. 

La Cour suprême avait justifié cette décision par des irrégularités dans la transmission des résultats, faisant peser la responsabilité de ce scrutin "ni transparent, ni vérifiable" sur la Commission électorale (IEBC).

Galvanisé par ce jugement, M. Odinga, 72 ans, déjà trois fois candidat malheureux à la présidence (1997, 2007, 2013), a fait pression pour obtenir une réforme de cette Commission, qui a effectué certains changements jugés insuffisants par l'opposition.

Le président de l'IEBC avait lui-même admis que la Commission ne pouvait pas garantir un scrutin crédible, confortant la décision de M. Odinga de boycotter l'élection.D'emblée, la crédibilité de la présidentielle était donc entamée, faisant courir le risque d'une période d'instabilité encore plus longue.

- Affrontements violents -

Malgré les appels à la retenue des deux camps, des affrontements violents ont eu lieu jeudi dans de nombreux bastions de l'opposition, où les frustrations et le sentiment de marginalisation ont été exacerbés depuis des années.Le Kenya a connu depuis l'indépendance (1963) trois présidents sur quatre issus de l'ethnie kikuyu, qui domine également l'économie du pays.

Au moins quatre personnes ont été tuées par balle et une vingtaine d'autres blessées dans les bidonvilles de Nairobi et l'ouest du pays, dans des violences en marge du scrutin, selon des sources policière et hospitalière.

Le pays était placé sous très haute sécurité, après des semaines de climat politique délétère.Au moins 44 personnes ont été tuées depuis le 8 août, la plupart dans la répression brutale des manifestations par la police. 

Ces heurts ravivent les terribles souvenirs de la présidentielle de fin 2007 qui avait débouché sur les pires violences politico-ethniques depuis l'indépendance et fait au moins 1.100 morts. 

Dans quatre des 47 comtés du pays (Homa Bay, Kisumu, Migori et Siaya), majoritairement peuplés par l'ethnie luo, l'élection a été reportée à samedi par la Commission électorale, le vote n'ayant pas pu se tenir dans des conditions acceptables (pour cause de troubles sécuritaires, bureaux de vote fermés, matériel non acheminé, manifestants empêchant les opérations...). 

- Une semaine de deuil -

Mais le gouverneur de Kisumu, Anyang' Nyong'o, une des figures de l'opposition, a répliqué dès jeudi qu'il n'y aurait aucun vote possible samedi dans son comté, où une semaine de deuil est organisée.

Epuisés par les rebondissements de cette saga présidentielle, une nouvelle fois prolongée avec le report à samedi, les Kényans s'enfoncent dans la morosité et l'angoisse de voir ces divisions devenir de plus en plus irréconciliables.

Le célèbre dessinateur kényan Gado a croqué ce Kenya de plus en plus fracturé dans un dessin: on y voit une électrice, le corps coupé en deux, mettre un bulletin de vote dans une urne en grimaçant, pendant que ses jambes avancent dans la direction opposée.

Pour Mulinge Mwende, jeune femme de 29 ans de l'ethnie minoritaire kamba, qui travaille dans le secteur bancaire, "ces divisions sur des lignes ethniques ne font que s'aggraver".

Interrogée par l'AFP à Nairobi, elle explique qu'en ce moment il "devient difficile de faire des affaires avec des gens qui ne sont pas de ta communauté": "Je ne peux pas évoquer mes opinions politiques ouvertement, les clients sont aussi très prudents et susceptibles" sur ces sujets, déplore-t-elle.

Uhuru Kenyatta, fils de Jomo Kenyatta, le père de l'indépendance, pourrait pâtir d'une lassitude de plus en plus prégnante face aux turpitudes de l'élite politique de ces dernières années, et d'un raz-le-bol de la gestion de la crise électorale qui plombe le pouvoir d'achat des Kényans.