Attaque de Boko Haram à un check-point au Nigeria: cinq miliciens tués

Par AFP

AFRICA RADIO

Cinq membres des milices civiles engagées aux côtés de l'armée pour lutter contre Boko Haram ont été tués mardi dans un attentat-suicide, dans le nord-est du Nigeria, selon les services de secours.

Un kamikaze a déclenché sa ceinture explosive sur un check-point tenu par des miliciens de la Garde civile (CJTF), à la sortie de la ville de Konduga, ville située à 35 kilomètres de la capitale de l'Etat du Borno, Maiduguri. "Cinq membres des CJTF ont été tués dans un attentat-suicide à Mandarari, à l'entrée de Konduga, à un check-point", a rapporté à l'AFP Abdukadir Ibrahim, porte-parole de l'agence nationale de la gestion des urgences (NEMA). "Cinq autres personnes ont également été blessées dans cet incident qui s'est déclenché quand l'homme s'est fait exploser avant d'être fouillé par les miliciens", a ajouté M. Ibrahim. Ibrahim Liman, responsable des CJTF à Konduga a confirmé ce bilan, ajoutant que les blessés avaient été transportés à l'hôpital de Maiduguri pour y être soignés. Il y a deux semaines, 86 personnes avaient été tuées dans un double attentat-suicide dans une mosquée de l'Etat voisin de l'Adamawa, marquant l'une des attaques les plus meurtrières du conflit, qui ravage le nord-est du Nigeria depuis 2009. En neuf ans de guerre, on estime que plus de 20.000 personnes ont été tuées au Nigeria et 1,6 million de personnes ne peuvent toujours pas rentrer dans leurs foyers à cause de l'insécurité. La ville de Konduga a été la cible de nombreuses attaques ces deux dernières années. En février, la ville a été victime d'un triple attentat-suicide qui a fait 19 morts et deux soldats ont été tués dans l'explosion d'une mine quelques semaines plus tard.